Sur le Causse, Liliane Paffoni

Sur le Causse, le vieux sapin noueux n’écoute plus le vent.

Il protège la femme endormie dans l’herbe rase et sèche.

Le vent se plaint. Ses paroles se faufilent entre les branches qui ne les retiennent plus.

La femme est bercée dans le soleil et le silence. L’arbre accueille son corps et le garde.

Le vent ne parle plus. Il rage et s’époumone à travers l’arbre solitaire qui ne l’entend plus.

La terre vibre sous les reins de la femme.

Le vent se tait.

L’arbre et la femme s’écoutent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s