L’écorce, Alain Laurent et autres textes

Avant-hier, dans le Jardin des sambucs, notre atelier parlait d’arbres…

L’écorce, Alain Laurent

Bassinduprince:Sambucs

Il est là. Depuis toujours ou depuis… depuis quand d’ailleurs ? Ecorce grise, rugueuse, plissée, ravinée, érodée. La peau d’un éléphant, la peau d’un arbre.

Que dit-elle ? Est-elle le reflet d’une vie, est-elle mon reflet ? L’écorce, la surface… on dirait une souffrance, une histoire tragique, une vie ancienne, rude, brute, essentielle. Et si vieille aussi. Un sentiment d’éternité, d’immuabilité.

Mais cette écorce si vieille, si ridée, si cabossée, c’est aussi le berceau des branches puis des feuilles. Et d’une autre vie. D’autres vies. Des insectes, du vent, de la pluie… des vies innombrables. L’écorce ridée est un berceau. C’est peut-être là son secret. Sa vérité.

Le vent le sait, qui connaît tout, qui enveloppe tout. Il connaît tout le vent. Il fait vivre les feuilles, il transporte la vie, il est la parole du monde vivant. On dirait même que l’écorce y prend goût.

Alors l’arbre chante : les feuilles bruissent mais ce n’est pas du bruit. C’est une parole que l’on n’entend plus, la parole d’ailleurs, la parole du tout, la parole du fond. Et la parole de l’écorce. Au fond cette écorce c’est une frontière, une porte, le signal de ce qui est autre.

Autre que moi, autre que nos vies humaines. L’écorce – cette écorce-là –, c’est la force cachée, la certitude que nous existons avec et par d’autres vies. Innombrables.

Cachées derrière l’écorce.

==============================================================

Le texte de Laurène Grangette

Noyé dans la pinède
Un parmi d’autres
Il fait partie du tout

Un peu plus en avant
Un peu plus au soleil
Un peu plus sec

Sur la colline
Comme un menhir
Tendu vers le ciel

Ses racines, dit on, sont peu profondes
Couché par une tempête
Cassé par le vent

Sa force est son adaptabilité
Aux sols
Sa capacité à s’étendre
En coup de vent

Petite graine portée par le feu
Il est pionnier
De tous les lieux

Droit comme un I
Petit tronc
Grand Être

Un peu loin des nuages encore
Mais pas si loin

C’est avec d’autres
Qu’il atteindra le ciel

Ne sois pas si pressé grand pin
Ta croissance rapide est illusoire

En chacun de nous se limitent nos
capacités de vie

Prends le temps de regarder chaque jour
La vallée
Le jardin
T’en inspirer pour baliser ton chemin.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s