Arrière, avant, Oleg

Avant. Un temps

Mieux qu’un instant

Qui nous retient.

Longtemps

Arrière. Ou quand hier

Assiégeant sous nos bannières,

Nous faisions face à des barrières,

Ultimes murailles au front de nos lumières.

Avant,

Aurait-il fallu forcer nos frères,

Et freiner leur folâtre délassement,

À beugler des cris de guerre

Pour une vaine bataille fardée ?

Une bataille dépourvue d’ennemi.

Une bataille privée d’allié.

Une bataille sans champ.

Une bataille sans arme.

Une bataille pour un seul corps.

Tant d’effort pour un seul sort.

Avant est notre tort.

Oleg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s