Le carnet vert

Le 25 juin 2002

Chez F., le petit hôtel vieillot, à Villefort, trois fois la chambre n°5 a été réservée par des personnes qui se sont suicidées dans le lac tout proche. Qui étaient-elles ? Des hommes ? Des femmes ? Pourquoi se sont-elles suicidées ?
Quelles étaient leurs pensées ? Se sont-elles promenées le long du barrage ?
Connaissaient-elles le secret de la chambre n°5 ?
Ont-elles entendu des voix sur les berges du barrage ? Quelqu’un les a-t-il entendues ?
Quelqu’un les attendait-il quelque part ?

Tout de suite j’ai gambergé autour de cette histoire des suicidés de Villefort… Vous n’auriez pas gambergé, vous ?

Le même jour, j’ai écrit :

Il montait les marches pesamment, la main droite agrippée à la rambarde, la gauche repliée autour de la poignée d’une valise en toile bleu marine. L’escalier de bois craquait sous chacun de ses pas. Arrivé sur le palier, devant la chambre n°5, il soupira bruyamment. La lumière venait de s’éteindre, il posa la valise à ses pieds, chercha l’interrupteur, le trouva plus loin sur la droite dans le couloir, revint sur ses pas et introduisit la clé dans la serrure. Une grande clé de métal qui cliquetait.

Son bruit sec le fit sursauter. La porte s’ouvrit sur une chambre au couvre-lit bleu délavé, aux murs tapissés de larges motifs géométriques tels qu’on les trouvait dans les années soixante-dix, aux tons beiges, au lino gris moucheté qui avouait son âge à chaque pied de lit. Il soupira encore profondément en refermant la porte derrière lui, jeta la valise sur le lit, s’avança près de la fenêtre qui ouvrait sur la façade d’une maison de village, fit demi-tour vers la salle de bains qui s’enfonçait près d’un placard, il découvrit la douche et son rideau de plastique blanc, le WC sans lunette, l’unique serviette bleue élimée, pliée sur une chaise en bois au vernis écaillé, le gobelet sous son film transparent et le petit savon rectangulaire.

Je sais pas vous, mais moi, là, j’ai déjà envie d’en finir.

Il revint s’asseoir sur le lit, le dos à la fenêtre, face au placard, le regard vide. Le sommier était mou, cela lui était égal. Il se passa les mains dans les cheveux, écarta la valise, et s’allongea en travers du lit, les pieds au sol. Quand il bougea, ce fut pour se glisser sous le couvre-lit, chaussures aux pieds, se retourner en chien de fusil et s’endormir.

Il y a une suite…

Licence Creative Commons

Une réflexion sur “Le carnet vert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s