Le carnet rouge à spirale [≠ 9]

« Tenir bon face aux instances du pouvoir, puisque j’ai la certitude d’une œuvre, d’une solitude triomphante. C’est le devoir d’un artiste d’être hors pouvoir, c’est-à-dire avec la folie de son œuvre, avec son entêtement, avec sa folie douloureuse. » Hervé Guibert, Le Mausolée des amants, p. 277.

« Je crois que ce sont d’autres choses que les objectifs qui font les bonnes photos, des choses immatérielles, de l’ordre de l’amour ou de l’âme, des forces qui passent là et qui s’inscrivent, funestes, comme le texte qui se fait malgré soi, dicté par une voix supérieure… » (Suzanne et Louise) ibid

Marc Trivier, photographe
Deux dos
Au premier plan, costaud, le dos d’un homme ; devant lui, à quelques pas, une femme sans doute, dans la brume blafarde d’un matin ou d’un début de soirée, avec un ciel blanc et un paysage de collines.

Marc Trivier et ses photos de Sarraute, Beckett, William Burroughs, dans un don réciproque. Chacun est vu à travers l’autre. Se poser la question plus longtemps et dans tous ses aspects, peut-être. Atelier d’écriture ?

Photos de Jean Dubuffet, Philippe Soupault, etc. Toujours le même principe, assis, face à lui. Et Jorge Luis Borges aveugle, en 1984.
Photo d’un Arbre fou, Londres, 1987, du même. Un énorme tronc bosselé.

Mars (mon père) 1993, encore une photo d’arbre pourtant, qui voyez-vous derrière les arbres ?

Le texte de présentation dit « Blanchot dans Thomas l’Obscur, parle justement du silence d’un être qui n’a plus rien à livrer, et qui cependant, n’a rien livré. » Or c’est cette livraison silencieuse et vide, tenue tout entière dans un retrait qui se donne, que l’on voit sur ces portraits qui reprennent en photo, la question où Giacometti l’avait laissée, la meilleure preuve de cette filiation étant la photo intitulée Annette, qui n’est autre que celle d’un buste réalisé par le sculpteur.
« (…) la lumière n’étant jamais la même et l’apparition de chaque être dans la lumière étant elle aussi comme une signature, comme le graphe de son passage dans le temps. »

Marc Trivier a donc aussi photographié les mois… [les grands esprits…]
Autre Arbre, Folkestone, 1986, avec les supports en X pour tenir les branches trop lourdes.
A trouver Regard antropomorphe sur le devenir possible de l’arbre mou, Jean-Louis Latil, Marc Trivier.
Arbre Leuze, 1987.

Licence Creative Commons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s