Tendance

Marc-Guerra-DPDF10

Enfant, elle avait eu deux poissons, l’un rouge, l’autre blanc, qu’elle avait baptisés Globule. Le chat les avait croqués. Elle n’avait plus eu d’intérêt que pour les gros. Le nez collé sur la vitre de l’aquarium géant, dans la ville voisine, elle passait des heures à regarder évoluer roussettes, mérous, daurades, murènes, rascasses, poissons-roches, poissons-vaches, requins-zèbres, poissons-clowns… Dans la cuisine, chaque vendredi, le nez face à l’océan, elle préparait le poisson, en vidait les entrailles, mettait de côté la laitance et les œufs que l’on ferait frire dans du beurre pour les plus gourmands. L’écailler était une souffrance et en couper les nageoires une douleur intense. La radio diffusait les nouvelles. On parlait de cet homme d’affaires turc qui avait fait construire un aquarium géant autour de sa villa, au bord de la mer Egée. Des milliers de poissons y vivaient en harmonie. Mais la nouvelle du jour, c’était que le chapeau serait l’accessoire « hipster » de cette année. Il fallait traduire « branchouille ».

Image © Marc GuerraDes poissons et des femmes, ≠10

Nous poursuivons notre voyage dans l’univers  Des poissons et des femmes entamé le 4 janvier et pour une année entière : sur une image de Marc Guerra, j’écris un texte et publie le tout chaque vendredi… jour du poisson !

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s