Carnets d’Irlande (2000, ≠ 1)

En 1999, au hasard de nos déambulations dans les vide-greniers et autres brocantes de la région parisienne, nous tombons en arrêt devant un livre au format 270 x 245 mm, de 136 pages, intitulé Irlande 1913 Clichés en couleur pris pour Monsieur Kahn…

La photo de couverture représente deux barques que nous prenons d’abord pour d’immenses paniers – mais les rames sont là – avec un homme au chapeau melon en partie caché derrière l’une d’elles, posée debout dans l’herbe verte. La première page indique par Mesdemoiselles Mespoulet et Mignon… Ce qui nous émeut d’emblée. C’est le département des Hauts-de-Seine qui a publié l’ouvrage en 1988. Un survol rapide du livre nous décide à l’acheter et nous filons dans le premier troquet venu pour le découvrir.
Il ne nous faut que quelques minutes pour décider de partir à la première occasion en Irlande…

Sur les traces de Mesdemoiselles Mignon et Mespoulet, agrégées, boursières d’Albert Kahn, membres titulaires de la Société autour du Monde, qui partirent en Irlande en 1913 et réalisèrent 73 clichés en couleur « pour Monsieur Kahn« .
(Titre du carnet de voyage écrit pour la circonstance)

17 May-2nd June 2000

Ce voyage-là, ils l’ont prévu depuis longtemps, depuis longtemps ils en ont rêvé chacun de leur côté, puis ensemble : ils ont même projeté de remarcher dans les pas de deux demoiselles photographes dilettantes en 1913 pour le compte d’Albert Kahn. C’est vous dire.

Donc le grand jour est arrivé. Ils partent en Irlande. C’est le 17 mai, date anniversaire, triste et gaie. Ils partent.

A 12 h 45 de Montsoult.

Après avoir bouclé à l’arraché les valises sans parler du boulot. Ils partent.

La Golf affiche 231 000 km et plus.

Ils partent, oui.

Arrivée à Cherbourg à 17 h.

Embarquement. Cabine 315. Il décrète qu’il prendra la couchette du dessus. Soit.

Bar/salon/salle de jeux, musique irlandaise. Pour l’instant, les passagers investissent les lieux. Moquette au sol aux tons bleu, vert, rouge. Fauteuils quelque peu avachis à dominante rousse et bleu mauve. Tables rondes cerclées de bois, noir au centre. Tout est vieillot.

Première Kilkenny pour elle sur le bateau, il se contente d’un café. Ah ! les hommes d’aujourd’hui…

Ils se disaient : « La nausée sur un bateau, comment est-ce possible ? » Et puis, au moment de grignoter quelque chose dans le self du coin, le roulis s’attaqua à eux aussi. Allongés, c’est mieux. Ils l’expérimentèrent dans l’exiguïté de la cabine. Retour au lounge, le spectacle commença, juste pour eux. Au moins, ils auraient pu le croire. Un peu kitsch mais sympa. Ambiance irlandaise, claquettes et chants typiques. Un peu plus tard, le spectacle se déplaça dans la salle pour un concert de guitares avec deux types de 45 à 50 ans. Ici on ne se prend pas au sérieux, on chante, on  joue pour le plaisir, et dans la salle, on le sent bien.

ateliers-du-deluge-Eire

Le 18 mai

Le wake up call, tôt, trop tôt, autorise apparemment le personnel du bateau à entrer dans les cabines… A 11 h, heure locale, ils aperçurent les côtes d’Irlande. En fait, ils entraient déjà dans le port de Rosslare, sous le soleil, et les mouettes se confondaient avec les remous de la mer.

Ils prirent la direction de Kilkenny, ville médiévale, disait le Guide du routard ; 69 km, annonçait une carte locale.
« On aura appris ça aujourd’hui », lui dit-il. De fait, ils empruntèrent des chemins de traverse et peinèrent quelque peu pour trouver la route de Kilkenny. Bien sûr, ils s’extasièrent sur la campagne irlandaise, son vert typique, ses genêts plus jaunes qu’en France tout comme ses lilas plus mauves. Enfin, l’estomac dans les talons, ils dégotèrent un restau où déguster une bière bien méritée. Pour ce repas, ils se contentèrent de « restes », les autochtones et les touristes ayant fait main basse sur les deux malheureux plats qu’ils avaient convoités en salivant. Il était quand même plus de 15 h pour eux… Médiévale, Kilkenny ? Que nenni. Tout juste un castel entrevu, ils repartirent tout de go pour Kinsale après moult hésitations quant à savoir si oui ou non ils passeraient par Cork. Ce sera oui et non, direction Cork, mais la ville évitée grâce à un tunnel sous l’eau. « Tu pourras dire que tu es allée à Cork », lâcha-t-il en sortant dudit tunnel. Elle décida de le noter pour ne point l’oublier donc. Elle serait allée à Cork.

Kinsale, c’est donc vers le Sud, en direction de l’aéroport. Le soleil l’avait disputé à la pluie pendant cette journée de route, mais pour finir il semblait avoir gagné ce petit coin proche de la mer. A Kinsale, le premier hôtel venu taxait les chambres à 100 £, ils choisirent un B&B, jaune en façade, blanc dans la chambre et décidèrent d’y passer leur première nuit irlandaise.

Cahiers et carnets – Des voyages – CI ≠1

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre (textes) est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s