Hasard

Marc-Guerra-DP&DF16

Paul ne cessait de répéter « y a pas de hasard » d’un air entendu. D’un coup d’épaule, il jetait sa ligne au loin, le mégot au coin des lèvres, et continuait d’avancer. Je lui racontais ma rencontre dans ce magasin perdu au milieu de l’étendue jaune pâle, un immense hangar d’un côté de la route, avec des tréteaux recouverts de jeans, de godillots, de chapeaux de cow-boys… un vrai surplus américain, quoi, avec trois pékins accoudés au comptoir qui s’étaient à peine retournés sur moi quand j’étais entré en lançant un Hi! de circonstance… « y a pas de hasard »… elle s’était approchée de moi How are you doing today? May I help you? et moi qui bafouillais euh un jean, çui-là peut-être, je ne savais pas quelle était ma taille, elle me jaugeait d’un œil connaisseur… « y a pas de hasard »… avait pris deux ou trois pantalons sous le bras et me guidait vers la cabine d’essayage avec un sourire digne d’une pub, je ne voyais que ses seins plombant son t-shirt blanc, ses fesses moulées dans un pantalon gris et sa longue chevelure blonde sautant d’une épaule à l’autre au rythme de sa marche… malgré moi, j’entendais tes consignes, Paul, « y a pas de hasard »… : avant toute chose observer le milieu et ses habitants, prendre connaissance d’un minimum d’informations concernant le poisson pour savoir où le traquer et comment l’appâter, repérer si possible où se situent les bancs de poissons, je me retournais et ne voyais personne d’autre que ces trois gaillards… « y a pas de hasard »… j’ignorais si j’étais en mesure d’amorcer une quelconque prise, mais je me démenais comme un diable. C’est à ce moment que Paul me demanda de la fermer. En rivière, lorsqu’on se déplace il faut faire preuve de discrétion. J’essayais de faire le moins de mouvements possible, levant les pieds avec délicatesse. Je poursuivais pourtant à voix basse, elle ne parlait qu’américain, ne connaissait pas la France, elle était folle de moi, je suis sûr de ça, cette fille c’était un canon, une chance pour… Et Paul imperturbable. « Y a pas de hasard. »

Image © Marc GuerraDes poissons et des femmes, ≠16

Nous poursuivons notre voyage dans l’univers  Des poissons et des femmes entamé le 4 janvier et pour une année entière : sur une image de Marc Guerra, j’écris un texte et publie le tout chaque vendredi… jour du poisson !

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s