Lâcher-prise

Marc-Guerra-DPDF23

Elle devait seulement écrire (ne pas penser). Ecrire. Ecrire qu’elle regardait voler les papillons, et même cela était trop : les voir suffirait. Voir l’eucalyptus muer aujourd’hui comme hier, plonger ses branches avec ses bouquets blancs dans le bleu du ciel. Voir danser trois oiseaux noirs dans l’effilochement de l’unique nuage. Voir l’herbe jaunir avec la fin du printemps. Entendre le bourdon dans la glycine. Entendre les oiseaux pépier. Entendre les grillons striduler. Laisser l’hameçon pendre au milieu des paroles, des idées, des images. Ne pas s’en saisir. S’en dessaisir. S’écarter. Jouir de la chaleur du soleil sur sa peau claire. Exister. Seule. S’environner de sa solitude, s’en délecter. Savoir qu’il partage le poisson sans elle. Le savoir et n’en rien penser. L’oublier au milieu des arbres. Oublier ces arbres, cette forêt. Voir l’eucalyptus, encore demain.

Image © Marc GuerraDes poissons et des femmes, ≠23

Nous poursuivons notre voyage dans l’univers  Des poissons et des femmes entamé le 4 janvier et pour une année entière : sur une image de Marc Guerra, j’écris un texte et publie le tout chaque vendredi… jour du poisson !

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

3 réflexions sur “Lâcher-prise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s