CQFD

Marc-Guerra-DFDP31

 

La sardine doit son nom à la Sardaigne. On en pêche 38 kilos chaque minute en France.

Une femme se jette à l’eau : combien de minutes faudra-t-il pour… ?

Les populations de sardines sont très fluctuantes. Leur durée de vie est assez brève : moins de dix ans.

Les femmes, elles, battent les records. Au 1er janvier 2014, en France métropolitaine, elles devancent toujours les hommes (30 991 282) avec 32 937 326 représentantes. En 2010, leur espérance de vie augmente de quatre ans en un an : elles tiennent le devant de la scène jusqu’à 84,8 ans.

Les larves des sardines sont très sensibles aux conditions climatiques. De ce fait, les quantités capturées peuvent parfois baisser brutalement, ce qui provoque régulièrement des crises dans le monde de la pêche.

En 2009, moins de quatre nouveaux-nés sur mille (3,7) sont décédés avant leur premier anniversaire. En 2013, en France, le taux de fécondité est de 1,99 enfant par femme contre 2,03 en 2010, année où les naissances avaient atteint un pic. Le recul s’explique par une baisse du nombre de femmes en âge de procréer. On accouche à 30,1 ans (âge moyen). En deçà, on ne pense pas à procréer, voire on s’en défend mordicus (c’est moi qui souligne). 

Le nombre d’individus n’est pas le seul critère à prendre en compte pour une population de poissons, la taille importe, et la diminution de ce paramètre en Méditerranée inquiète pêcheurs comme scientifiques. Le réchauffement climatique est en cause. Or, parmi les poissons pélagiques, la sardine (l’anchois aussi) voit sa taille et son poids diminuer considérablement. Sa taille marchande est de 11 cm (9 cm pour l’anchois).

Chez les femmes, la taille augmente, personne n’a de raison de s’inquiéter sauf les moins de 1,64 m, peut-être, qui est la taille moyenne des femmes en France. D’autant qu’il faut savoir que la taille, de même que la corpulence, joue un rôle important dans le développement de la personnalité des individus. Je parle des femmes, pas des sardines. Trop au-dessus, trop au-dessous de la moyenne, on peut souffrir d’un complexe psychologique.

Il paraît qu’en raison de la baisse de la masse de sardines (pas du nombre) les pêcheurs se reportent sur le merlu, déjà en mauvaise passe.

Constat inverse chez les femmes, la corpulence moyenne augmente quel que soit l’âge et d’autant plus fortement que les générations sont jeunes ! A part les pêcheurs qui se tournent vers le merlu et les hommes qui aiment les rondes, ceux qui continuent à préférer les maigres pourront alors se contenter de sardines, CQFD.

Article réalisé par Pélagie, présente dans l’image.

PS : Pélagie doit son nom à son arrière-grand-père, ardent défenseur de la sardine, marin au long cours.

Image © Marc GuerraDes poissons et des femmes, ≠31

Nous poursuivons notre voyage dans l’univers  Des poissons et des femmes entamé le 4 janvier et pour une année entière : sur une image de Marc Guerra, j’écris un texte et publie le tout chaque vendredi… jour du poisson !

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s