Haïku de mai

Pour Liliane

marlen-sauvage-lilas

Rechercher l’oiseau —/Soulever la coupe d’or/Voir ses ailes bleues

*******

Quel cri déchiré/as-tu crié dans le vent/avant de tomber ?
(L’eucalyptus est mort)

*******

Caresser l’écorce/Effleurer le bruit du monde/— Echo sous les doigts

*******

Le soir dans le lierre/Dessine un cœur/— Frisson du crépuscule

*******

Foulard à la main/Dans l’autre une malle à chat/— Son pas seul résonne

*******

La scie sur tes branches/L’écho dans ton tronc meurtri/— Aucun chant d’oiseau

*******

La nuit a suffi/à la spirée pour blanchir/— Eclat du matin

*******

Mouettes en vol bas/Au port dansent les bateaux/— Gros temps au large…

*******

Martèlement grenu/de la pluie sur les carreaux/— Pensées noyées

*******

Eboulis de roches/Cascades au bord des routes/— La pluie a cessé

*******

Visite d’un soir/Lire ensemble manger boire/— Peu de choses pour être en vie

*******

Se tenir en mai/auprès d’une cheminée/— Ecouter la pluie

*******

Jeudi foire aux plants —/Les jardiniers se bousculent/tout fiers tout sourire

*******

(Pour Nelsy, disparue  le 13 mai, Steeve et Lily)

Crépuscule bleu —/Dans le mûrier/Silence des oiseaux

*******

Comme il est suave/Le parfum du lilas rose/Dans la brise du soir

*******

Café au soleil/Sous les yeux un livre ouvert/— Profiter du temps

*******

Un air de piano/Pour mieux plonger dans la nuit/—Oreilles dressées

*******

Retour à la lune/La radio crache ses infos/—La nuit s’obscurcit

*******

Trois fraises coupées/en quatre dans un bol/— Papilles en joie

*******

Rêve rattrapé/dans la fuite du sommeil/— Petite victoire

*******

Pré blanc de brebis/Son de leurs cloches au loin/– Penser « farniente »

*******

Dans la nuit le temps/a tourné casaque/— Et dimanche est à la pluie

*******

Se retrouver seule/Des dieux et des hommes en tête/— Affronter la nuit

*******

A la pomme verte/la rose épanouie/dispute le parfum

*******

Beaux oiseaux chanteurs—/Au-dessus de la parcelle/guettent les semis !

*******

Cerises sauvages/mûrissent haut dans l’arbre/— Dessert des oiseaux

*******

Cinq pivoines roses/Sept boutons de roses blanches/— Instant de bonheur

*******

En sortant du bois/le vol planant de la buse/— Un cri, mon effroi

*******

Au cœur de l’orage/Grondements et tremblements/— Après, quel silence !

*******

Repousser encore/les limites du réveil/— Dans un entre-deux

*******

Averse de mai—/Le jardin chante ses verts/Sur la terre noire

 

Texte et photo : Marlen Sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s