Liste, par Bluette

Sortir le sanglier du congélateur.
Aller cueillir des champignons.
Carottes : au jardin.
Persil et laurier : jusqu’ici, tout va bien.
Du vin blanc, il en reste.
Bardes de lard demi-sel… Bardes de lard demi-sel…
Aller au village chercher du lard demi-sel.
Ne pas oublier de le faire tremper… se rappeler la morue de la semaine dernière.
Vérifier, tout de même, s’il ne reste pas un bout de lard au saloir.
Annuler la descente au village s’il en reste.

Faire un brin de ménage dans la cuisine, la salle de bains, le salon, les chambres, non, pas les chambres. Il n’y a aucune raison qu’ils aillent dans les chambres !

Et les enfants ?
Penser aux enfants.
Vont-ils aimer le sanglier ?
Soupe de potimarron au cas où, pour les enfants, ça leur fera penser à Halloween. En même temps, du sanglier, ça peut leur rappeler Obélix, c’est quitte ou double. Ne prenons pas de risques ! Potimarron.
Le plat, c’est tout vu !
Pour le dessert et pour l’entrée, que du tout simple : petit mesclun du potager et sorbet de framboises tout frais, à faire turbiner pendant le souper.

M’y mettre dès le matin.

Cuisiner tout le jour, me tenir prête, quand ils arrivent, à entonner l’apéritif. Pas trop copieux, l’apéritif, ou ils ne mangeront plus rien. Il faut quand même les leur faire goûter, toutes ces mignardises amoureusement assemblées, ces petits témoins de nos occupations de l’année. Caviars divers et variés, aubergines séchées au soleil de l’été indien et confites à l’huile d’olives. Quelques chips, seulement ? Hors de question ! Du tout maison, du concocté, du créatif improvisé ! Quand même, c’est la première fois qu’ils viennent, c’est important, une première. Il faut que la rencontre ait lieu, qu’ils sachent à qui ils ont affaire, avec qui vit leur fils et leur grand frère.

Je voudrais que chaque plat leur conte une histoire, leur montre ce qui m’importe, avec quel délice je sens la rosée du matin se déposer sur notre jardin, qu’ils sentent combien mes papilles explosent au contact de certaines alchimies gustatives, qu’ils vivent le chemin du légume qu’ils croquent, du potager à leur assiette. Leur raconter nos gestes emplis d’amour qui soignent ce jardin. Retracer pour eux, à travers les étapes de la confection de ce repas, un aperçu de notre vie et des valeurs qui nous animent.

Les accueillir sur le champ d’un territoire en commun, leur ouvrir les portes de notre intimité de jeune couple au travers de ce partage des sens.

Sentiront-ils, comme nous, à quel point la tonalité du grain d’ail est juste, à cet endroit ? Si c’est le cas, pas d’inquiétude ! Nous démarrons sur de bonnes bases.

Si, au contraire, ils restent sourds à mes sollicitations sensuelles, il nous faudra nous retrancher sur des chemins plus périlleux. Passer par les mots, échanger des avis sur des questions sociales, politiques et peut-être faudra-t-il que je m’excuse de n’avoir pas mis de nappe… et pour les verres dépareillés.

Et, qui sait, peut-être aurons-nous droit, au prochain Noël, à un service à dessert au grand complet ?

Auteur : ©Bluette

(Ecrit en atelier d’écriture)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s