Equilibre

marlen-sauvage-rocher-Jean

Pendant que j’étais hors des langes reposants de la santé, je vis comme les hommes erraient et les mondes qui erraient dans les hommes.
C’était à se demander ce qu’ils étaient en vérité. Mais quelque chose me disait : « C’en est. Ce sont bien des hommes. Sinon seraient-ils si embarrassés… et en même temps si sûrs ? »
Je vis un escalier équilibrant un ruisseau. Etonnant ! Et pourtant je savais que c’était un homme, et même à n’en pas douter une femme.
Je vis un balcon qui équilibrait un moulin, un moulin au bout d’une gaule. Ah ! Ah ! Puis je vis une grotte qui était en balance avec des jets de pierre. Comment des jets de pierre peuvent-ils faire équilibre à une grotte ? Pourtant cela était.
Je vis des visages : coutures et grimaces portées par deux ou trois stylets. Ces stylets s’enfonçaient dans les années et maintenaient et guidaient l’homme.
Ici une croix équilibrait un puits. Là une aile.
Une cendre légère tenait tranquillement en équilibre une maison entière.
Un château vacille. Un papier lui fait pendant et l’empêche de tomber, ou c’est une plume, une boîte, ou les seins bien formés d’une poitrine blanche.
A une cascade se retient un jeune homme. « Oh symétrie ! Symétrie ! me disais-je, te voici en ce couple vraiment appliquée » et j’errais intéressé dans ce monde singulier, oubliant les tenailles de mon mal tenace.

Henri Michaux, Les équilibres singuliers, Epreuves, exorcismes, 1940-1944

Photo : Marlen Sauvage (Le rocher de Saint-Jean, Serverette, Lozère)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s