Avec Sandrine Cnudde

marlen-sauvage-patience-fauves

« Je suis à l’heure
tu t’assois près de moi la brume
si immobile tu passes pourtant
tes longs doigts dans ce qui
me reste de cheveux sombres
des formes enragées bondissent en
braillant comme si je leur avais
volé une chaussure
je regarde longtemps comment meurt le jour
toi tu m’accompagnes jusque chez moi
sous la table du monde
où les pensées qui s’échappent sentent
le thym comme l’ombre ce poisson
qui se tient au milieu de l’eau sans se cacher
je me déplace avec elles
je les désire
même si au fronton de l’autre rive
cette barque de pierre
mes paupières closes
je reste là au centre de mon frémissement
sans bouger si immobile
à compter
les ondes qui font voler les fenêtres
encore
encore
une branche se met à chanter
peu à peu
tout ce qui m’enveloppe
me ramène dans le sillon éclatant
de la chanson
de l’action
ce n’est que bien après que
le ciel pâlit. »

Sandrine Cnudde
« Mes nuits avec le corps de la nuit », Patience des fauves
Editions po&psy – © érès, 2017

Une réflexion sur “Avec Sandrine Cnudde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s