Ecrire, par Chrystel C.

marlen-sauvage-Grattegals

« Ecrire jusqu’au bout de la nuit, jusqu’au bout du rouleau, jusqu’à plus soif, jusqu’à plus d’encre.
Ecrire pour graver dans le marbre, pour faire trace, ne jamais oublier.
Ecrire comme une nécessité, un besoin impérieux de poser les mots, là, sur le papier, qu’ils soient enfin lisibles et accessibles.
Ecrire pour partager, pour rassembler, pour dire, juste pour dire, tout dire.
Ecrire jusqu’à la blessure, jusqu’à user la peau des doigts.
Noircir la page résolument, revenir en arrière, barrer, gribouiller, reprendre, poursuivre.
De courbes en liaisons, d’arabesques en ruptures, écrire comme on jette sur la feuille, avec ardeur, le fruit de nos pensées.
Ecrire tout ce qu’on ne peut pas dire.
Ecrire pour dénoncer, témoigner, raconter.
Ecrire tout et n’importe quoi.
Ecrire comme ça vient, écrire comme on est, ce que l’on est et ce que l’on n’est pas.
Écrire, pourquoi ? Pour qui ? Pour rien, pour le plaisir.
Ecrire assis, en silence, le jour comme la nuit,
Ecrire partout où c’est possible,
Ecrire seule ou parmi vous, seule parmi vous,
Ecrire en confiance, écrire pour avoir confiance, se sentir exister,
Ecrire pour se retrouver, pour ne plus jamais se perdre,
Ecrire pour s’évader, pour fuir,
Ecrire pour lutter ou pour s’abandonner,
Écrire le ventre plein, pour se nourrir, sans jamais être rassasiée.
Écrire les gens, les lieux, l’histoire, décrire et se morfondre,
Se fondre dans les mots, se tordre dans les pages, écrire de douleur
Ecrire pour la douceur des mots, dans la fraîcheur du soir, la torpeur du moment.
Écrire dans sa tête en regardant au loin les lumières de la ville, la Lune rousse dans le ciel noir et deviner, tout au fond, la mer assoupie.
Écrire et ressentir, toucher la feuille, palper les mots, humer les phrases.
Ecrire en voyage, en colère, en avion,
Ecrire les autres puis écrire soi.
Ecrire comme on aime, passionnément, à la folie, à perdre haleine, sans tabou, sans limite, sans compter.”

Texte : Chrystel C., atelier d’écriture juillet 2017.
Photo : Marlen Sauvage [au moulin de Grattegals, juillet 2016]

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s