Carnet des jours (18)

image

[Sans doute ai-je l’impression, à cultiver ce décalage, de ne plus parler vraiment de moi…]

Mercredi 17 mai
Tu aurais eu 91 ans. Je ne me souviens que des moments heureux, le partage de tes dernières années, tes confidences et ton sourire.
Gem à Mende, 11 personnes, le projet avance, l’almanach s’enrichit.
Repas chez P. & M. toujours installés dans la même relation conflictuelle. Champagne, comme d’habitude, et je me limite à un seul verre d’excellent vin rouge pour accompagner le magret de canard délicieusement cuisiné par M.
Retour vers 23h30. A cette heure de la nuit, une martre se glisse le long du bas-côté dans les herbes, j’aperçois sa longue queue touffue ; plus loin, à l’approche de la vallée, alors que je ralentis prudemment, un faon me coupe la route et m’oblige à piler, je le regarde s’élancer élégamment à l’assaut de la pente embroussaillée, puis c’est un couple de blaireaux qui occupent la route et dandinent leur gros derrière dans les phares. Je ne me lasse de rien dans cette nature.

Jeudi 18 mai
Loupé mon rendez-vous pour l’IRM des chevilles. Attendu plus d’une heure à la clinique d’Alès quand c’était à l’hôpital. Quelle cruche ! (j’entends ma mère…). Vendargues en soirée, chez Patricia et Thierry, joie de revoir cette amie, ce couple, cette famille.

Vendredi 19 mai
Séminaire DUAAE au Belvédère, à Montpellier. Avec P., nous croisons Leila et Rose. Nous resterons coincées 40 minutes au Corum dans un ascenseur que l’on nous avait dit fiable parce que récemment réparé, et ce, malgré notre méfiance. Il faut 4 coups de fil pour être délivrées. Impossible de retrouver le gars qui nous a laissé monter par cette chaleur avec Leila et son fauteuil, nous refusant un autre accès que nous savions sûr. Du coup, nous manquons l’intervention de Yahia Belaskri mais nous le rencontrerons plus tard, avec P. Il me propose de relire mon manuscrit. Joie. Pour cela il faudrait quand même que je le termine. Ma cheville enfle (en vrai !). Je lis Les Fils du jour.

Samedi 20 mai
J’ai dû annuler l’atelier d’aujourd’hui… à cause de la fameuse cheville ! Impossible de mettre pied à terre… Mais très heureuse de prolonger mon séjour chez Pat. Repas entre amis hier soir, épisode Lula et sa collerette, Lula et ses vomissements, Lula et sa cicatrice. De quoi alimenter une série télévisée.

Dimanche 21 mai
En route pour Aubres.

Lundi 22 mai
Anniversaire de Justin. Toujours à cette date, je revois les moments de l’attente à Montréal, le départ en taxi vers l’hôpital, et tout ce qui semblait être du bonheur.
Cueillette de cerises à Aubres. Visite à Sault. Rodolphe est charmant mais ça ne suffira pas pour que je trouve un véritable intérêt à ce qu’il me propose et d’ailleurs j’attends le coup de cœur. La maison est mal située, au bord d’une route hyper touristique, et je n’envisage pas de passer mes étés fenêtres fermées pour éviter le bruit des moteurs. Passé plusieurs coups de fil sur Nyons pour réserver d’autres visites. Il se vend plus de 30 maisons à Lamotte nous dit-on. Rendez-vous à 16h30 pour une petite maison de 63 m2 sur 3 niveaux, 4 en comptant le grenier, sur la rue principale, avec un petit jardin non attenant. C’est le jardin qui me fait hésiter… Mais avec ma cheville fragile, je revois les choses sérieusement, le prix ne fait pas tout (60 000 €).

marlen-sauvage-cerises

Jeudi 25 mai
Je reste finalement à Aubres. D’autres maisons à visiter.

Vendredi 26 mai
Je repars dans l’après-midi pour éviter les grandes chaleurs. La maison est vide, les deux chats m’attendent.

Samedi 27 mai
Journée calme. Passage au moulin de Grattegals pour chercher les trois boules de pain commandées. Monique me raccompagne à la voiture et nous parlons de la nature si belle et nourricière dans tous les sens du terme, et de LA maladie.

Dimanche 28 mai
Fête des mères. Ma petite mère est heureuse de mon appel, elle me semble si fragile maintenant. Julie me skype. Je la trouve belle. Pour une fois la connexion est correcte. Ils sont à Saint-Pierre pour la journée et j’aperçois Sacha et sa bouille rigolote.

Lundi 29 mai
J’ai démarré l’écriture pour les SCL. Beaucoup de créations et donc beaucoup d’interviews cette année.

Mercredi 31 mai
Gem de Mende. Nous abordons les mois de septembre et octobre, l’almanach trouve sa tonalité. Eva nous rend visite ce soir avec une délicieuse bouteille de bourgogne blanc et un foie gras splendide. Grandes discussions jusqu’à 2 heures du matin. Je finis par aller me coucher en pensant à la journée qui s’annonce pour moi dans quelques heures…

(à suivre)

Texte et photos : Marlen Sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s