Vache et violon, de M. Esse

Un texte d’une participante à mes ateliers d’écriture à Florac, en 2017, à partir d’un tableau de Malevitch.

mal_vache

Vache et violon 

Mais comment suis-je arrivée sur cette contrebasse ? On n’est pas sur le pré, je ne suis pas un archet, je ne sais pas pincer les cordes, je ne suis qu’une vache qui fait meuh et qui s’accroche comme elle peut avec ses sabots. Je fais très attention, je ne bouge pas d’une oreille, ni d’une corne, je ne bouge pas la queue, même s’il y a des mouches partout au dessus de moi. Mais je vous appelle au secours, faites-moi descendre vite fait, et sans casser la contrebasse avec son ventre blond, avec ses cordes blanches et ses boutons noirs, je voudrais repartir sur le pré et entendre à nouveau la musique de l’herbe qui pousse.

M. Esse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s