Gordes

Petite virée le 14 mars dernier dans les monts de Vaucluse, jusqu’à Gordes, où je n’étais pas retournée depuis des décennies… Mais avant, au loin, les Dentelles de Montmirail, pour ensuite prendre sous un ciel blanc la route qui serpente entre des murs de calcaire.

Le village construit sur un rocher doit son nom à la famille de Gordes. Face à la montagne du Luberon, il domine la plaine et la vallée du Calavon.

Je n’avais pas le souvenir de rues aussi policées, mais j’ai aimé celle-ci, pourtant raidie par la présence d’un cyprès et d’un calvaire, sous un ciel chargé… C’était pour mieux souligner le labyrinthe des ruelles à venir car je ne faisais qu’entrer dans le village.

La place m’accueillait d’une grande claque de mistral ! Bienvenue à Gordes ! L’ami de longue date était à l’heure. Nous irions déjeuner dans le seul restaurant ouvert, là, face à la tour.


Le château médiéval de Gordes, dont une première mention date de 1031, a longtemps abrité l’hôtel de ville. Reconstruit entre 1525 et 1541 dans le style Renaissance par un des marquis de Simiane (une famille de Provence dont il fut le fief durant les Guerres de religion), il témoigne aujourd’hui de ce passé par une façade septentrionale avec un château-fort, et une façade méridionale Renaissance.

Et c’est parti pour une balade dans les ruelles encaladées de Gordes qui coupent le vent et protègent de sa violence.… A chacune sa beauté, ses surprises, ses regards sur la plaine ou sur ses murs ocres.

Au gré de la balade, des voûtes, des porches, des lavoirs…

Au bout d’un chemin désert, l’horizon des monts du Vaucluse… derrière un mur hérissé de pierres sur leur tranche. Il paraît que cela permettait jadis d’écarter les loups…

La petite note fantaisiste du village qui donne envie de découvrir les environs plus ou moins lointains !

L’échelle multicolore qui ne permettra pas d’escalader l’image du dessous !

Vue du bas du village, les maisons en pierre sèche s’étagent le long des ruelles jusqu’à l’église et au château.

En retournant sur nos pas, le côté nord du château et les remparts qui ont protégé le village dans les périodes troubles du Moyen-Age.

Et sur la route du retour, un dernier regard vers le village accroché à son promontoire calcaire.

L’Abbaye de Sénanque voisine, où je fis le détour dans son environnement austère (j’y retournerai quand la lavande aura fleuri) fait partie des joyaux de Gordes avec le château et le village des Bories.

Textes et photos : Marlen Sauvage



11 réflexions sur “Gordes

  1. Comme c’est étonnant, je tombe sur votre article aujourd’hui alors que j’ai moi même sorti un article sur l’abbaye aujourd’hui ! En tout cas merci pour cette visite, le village est magnifique !

      1. J’aimerais bien y habiter, mais ce n’est pour l’instant pas le cas.😊
        Bonne journée à vous

  2. Que de souvenirs dans ce beau village de Gordes, c’est sans compter sur les odeurs qui se dégagent des pierres chauffées par le soleil, et des lavandes de l’abbaye de Sénanque. Quelques décennies pour moi aussi. Merci pour ces photos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s