Dans la série, je vous emmène (2)

En poursuivant ma route après Montbrun-les-Bains et un coup d’œil à la carte, je projette d’aller jusqu’au col de L’Homme mort (1211 m) qui relie la haute vallée du Toulourenc au plateau d’Albion. J’imagine qu’une légende entoure ce toponyme, comme en Hautes Cévennes le col du même nom

A Barret-de-Lioure, le paysage au loin est enneigé. Si Barret m’évoque forcément une barre montagneuse, j’ignore ce que signifie « Lioure » : plus tard, je trouve loira/loeria, loutre, en occitan.

C’est ici que la Méouge (près de 40 km de long) prend sa source pour traverser ensuite les Hautes-Alpes. Le village est perché. Il surplombe la vallée de l’Anary, et les montagnes au loin font partie de la chaîne du Géant de Provence, c’est ainsi qu’on appelle aussi le Ventoux. Au col de Macuègne (1068 m), je décide finalement de laisser sur ma droite la route du col de l’Homme mort, pourtant ouvert, pour filer vers Séderon et rejoindre Nyons par Buis-les-Baronnies.

Dans ces paysages de moyenne montagne, apaisants et lumineux sous le soleil froid, j’admire le graphisme des champs labourés et des vignes dénudées, toute la gamme des verts, des bruns et des roux. Je croise quelques fermes isolées, de grands prés, des champs de cailloux qui se confondent avec les troupeaux de moutons (pour moi qui suis décidément de plus en plus miro…), quelques vignes et vergers. Pas une voiture, pas de « gens »…

Une petite église perdue au milieu d’un champ retourné attire les regards, c’est celle de sainte Bernadette, lieu remarquable de la vallée de la Méouge…

Et dans la foulée, c’est ce mamelon qui retient mon attention. Je me demande s’il s’agit de safre… cette roche tendre, très friable, parfois grisâtre, que l’on trouve tout près de Nyons aussi. Est-ce du sable, de l’argile agglomérée ? Je n’ai pas de réponse précise sur le net et Le Robert 2019 ne m’aide pas, qui me propose seulement « verre bleu coloré à l’oxyde bleu de cobalt, imitant le saphir »… Si un géologue (même amateur) me lit, merci de m’éclairer.

Il est midi ce samedi 9 novembre (oui, je commente à rebours mes balades comme tous mes carnets…). Je termine ici pour cette fois. La route se poursuit, vous le voyez bien, et je soupire de joie en me disant que quand même, je vis dans une « bonne place » (petit clin d’œil à l’attention de José-des-Cévennes)…

Photos : Marlen Sauvage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s