Conversation

Photo : Marlen Sauvage

Dans le salon de thé, un couple et son enfant perchés sur de hauts tabourets de bois clair déjeunent en devisant. Le papa porte une kippa noire, posée de travers sur le haut du crâne. C’est un miracle pour moi qu’elle tienne ainsi posée. La petite fille a conservé son manteau bleu marine et son bonnet rouge, façon béret à hauts bords, et avale son chocolat les mains serrées autour de la tasse de porcelaine, en levant de temps en temps ses grands yeux marron vers son père. Le père de dos me cache la maman. L’un et l’autre s’adressent à l’enfant, d’une voix douce, gentiment. Conversation d’adultes d’où elle n’est pas exclue. Le salon de thé affiche une pancarte blanche et rouge, garantissant les produits casher, je lis « casherout » sans savoir bien si c’est un nom ou un adjectif. Ici on vend du bordeaux casher en boîte de bois, à 25 € les trois bouteilles. Et des gâteaux orientaux plus ou moins mielleux, plus ou moins orange ou jaune, à 1,50 € l’unité. Mais aussi des croissants, d’énormes pains au chocolat dont je me demande comment la jeune serveuse peut y résister. J’en déduis que la petite famille est une habituée des lieux. Y déjeunent-ils tous les dimanches ? La petite fille au béret rouge gardera-t-elle le souvenir de ces chocolats chauds avalés autour d’une petite table ronde, sous le regard protecteur de ses parents ? Il a de longues mains fines, presque osseuses, des mains de musicien, de violoniste peut-être, ou de pianiste. Elles volent un instant au-dessus de la table, accompagnent ses paroles, je n’entends pas ce qui se dit, un rire fuse, un rire qui teinte autrement la scène, celui de la maman, qui, s’écartant de la trajectoire, laisse seulement apparaître une chevelure brune bouclée. La fillette interroge son père du regard mais il baisse la tête et c’est un silence long qui s’installe. Il n’y a plus que le dos du père, large sous la parka, le cliquetis d’une fourchette sur une assiette, et les grands yeux de la gamine. Après le déjeuner ils marcheront dans le parc voisin, la petite les devancera, sautillant d’un pied sur l’autre, se retournant parfois pour vérifier qu’ils la suivent toujours, ils poursuivront leur conversation animée, s’écartant parfois l’un de l’autre, se questionnant d’un mouvement de tête, et se rapprocheront, lui l’enlaçant du bras gauche, brièvement pourtant, car elle se dégage de son étreinte enfonçant les mains dans les poches de son manteau, avant de courir vers la petite, de ramasser à terre une barrette qu’elle lui remet dans les cheveux, tandis qu’il n’imagine pas un autre enfant parmi eux, celui qu’elle lui réclame depuis des mois, que ses épaules d’un seul coup s’affaissent à l’idée de la perdre, elle, sa belle jeune épouse au front buté, à l’allure si déterminée.

Marlen Sauvage

Quatrième proposition du cycle d’écriture de François Bon, intitulé « Vies, visages, situations, personnages ». Les textes des autres auteur.e.s sont 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s