Un murmure d’oasis, de Mireille Rouvière

On aime entendre le bip de notre mobile, il nous annonce une nouvelle. On se pose alors la question serait-ce une bonne ou une mauvaise. Vite on veut savoir et on se précipite sur le mot de passe et on ouvre l’écran qui va nous informer. Ce bip qui résonne à nos oreilles, les jours où aucun message n’arrive, les jours où il reste muet. Ces jours-là on s’inquiète pour ses proches, on s’inquiète des non-retour de demandes, on lève le rabat et on regarde si un message apparaît. Puis il y a les jours où on sature de ce bip, il y en a sur WathsApp, sur toutes sortes de messageries. Ces jours où on n’a pas le temps de les lire seulement. Ces jours où on voudrait qu’il y en ait moins. Ces jours ou on regrette de ne pas prendre le temps de les découvrir et de se délecter d’une photo, d’une vidéo ou d’un petit message écrit. Ces jours où le remords nous tord les tripes de laisser de côté une petite réponse pour dire que l’on a apprécié que l’autre pense à nous. Il y a ces bips qui s’accumulent et dont on n’a pas le courage de prendre connaissance. Pourtant il faut vérifier si rien de grave n’est arrivé autour de nous, mais non ce sont les confinées qui envoient déjà leur textes, on ne les lira que le lendemain car il faut prendre le temps d’apprécier de belles lectures qui vont nous distraite par ces temps de confinement.

*********************

J’ai fait du rangement et il est réapparu, je l’ai posé bien en vue sur ma table. C’était l’attrait de la couverture qui m’avait poussé à l’acheter. Je devais être enceinte. L’image d’un beau et appétissant tajine, un livre de recettes, un murmure d’oasis. Sur la couverture, d’un vert d’herbes tendres printanières, était posé un plat contenu et contenant de couleurs chaudes qui vous donnaient l’eau à la bouche. Tajine c’est un repas que l’on partage à plusieurs, c’est un repas aux convives bruyants, qui mangent à même le plat. Ce sont des palabres en continu. Mais avant cela un tajine ce sont des femmes attelées à le préparer ensemble dans la bonne humeur, l’une pour découper et frire la viande dans des oignons finement hachés et légèrement colorés, l’autre pour trier et éplucher les légumes colorés, une autre pour s’occuper des agrumes peut-être des citrons confits ou des fruits. Tout cela dans des fous rires et dans l’expectative du partage de ce tajine. L’une dira d’ajouter des épices, l’autre trouvera que ce n’est pas assez salé, du cumin sera prévu dans une coupelle pour rajouter si nécessaire. Puis on mettra le plat au four, la cuisson en est longue. Elles partageront un thé à la menthe en se racontant les potins du coin et tous les tajines déjà partagés. Un tajine c’est un pays chaud, convivial et gai, des souks bruyants, colorés et parfumés. Des badauds par grappes devant un étal de pâtisseries, les couleurs des babouches en peau de chèvre, les artisans de masques taillés dans la racine d’un thuya. Avec les années j’avais oublié la douceur de vivre, le soleil qui illumine les journées, la sieste bien méritée que l’on pratique dans ma Provence natale. Les couleurs chatoyantes des robes sur des épaules dénudées, des peaux bronzées. Pourtant Tajine ce n’est pas un plat provençal…

Mireille Rouvière

Ces deux textes ont été écrits en réponse à deux propositions d’écriture que j’avais données durant le confinement. Je suis en retard dans la publication… J’ai oublié quelles propositions et c’est bien comme ça. Ce sont des textes qui se suffisent à eux-mêmes. J’aime la spontanéité de ces écrits d’atelier, et celle de Mireille en particulier ! Marlen Sauvage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s