Giacometti, poème pour Violette

tendre tendre route de verre trouble
Violette incertaine démarche effacée
point où tout se joue – de caresses infinies
sexe verre trouble tendre de verre sexe
la démarche à la démarche des marais
qui s’effacent dans les sommeils des hôtels
impondérables sommeils
ils sont noirs les lambeaux qui flottent
doucement au soleil haleine de morphine
tendre haleine haletante de morphine et les draps
je vois je vois les hôtels les draps
des vagues chemins de sexe, de fleurs
nénies nénies
de pâles fleurs de chair sous les pierres


vers novembre 1933
Un poème écrit probablement pour le livre Violette Nozière (Bruxelles, 1933) mais non retenu.

in Alberto Giacometti, Ecrits.
1990, Hermann, éditeurs des sciences et des arts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s