Quel pataquès…

Photo : Marlen Sauvage

Je peux le prendre le pain, sur l’étagère, alors… ? La boulangère jette un œil au bonhomme fluet vêtu comme un sac, elle attrape une miche craquante qu’elle enveloppe lestement d’un papier kraft et ne fait aucun cas de celui qui vient d’entrer en trombe, s’agite et marche le long de la vitrine, dans un sens puis dans l’autre, jette un œil vers les pâtisseries, s’arrête à proximité des clientes devant la caisse puis rebrousse chemin. Je peux le prendre le pain, sur l’étagère… ? Personne ne daigne lui répondre, alors il s’adresse au commis venu remettre un lot de baguettes tout juste cuites à la stagiaire -– celles au chia que tu m’as demandées –- je pourrai le prendre le pain ? Il m’a dit que je pouvais… Mais le commis, un jeune gars en blouse grise qui s’est retourné sur le vieil homme, ne sait pas quoi lui répondre, il adresse un regard furtif à la patronne, ah ! près du fournil, mais non on ne rentre pas comme ça, c’est tout ce qu’il lui semble possible de dire, il n’est pas au courant en tout cas, il en parlera au patron, pas de problème, mais là, non, impossible, il est dans ses cuissons, il n’a pas le temps et puis on ne lui a rien dit à lui… La boulangère fait mine de rien tout en observant la scène. Elle revient à son service mais les deux clientes interrompent l’une son règlement, l’autre sa commande, pour observer l’homme contrarié qui pousse sa voix – je peux le prendre le pain, sur l’étagère… ? -– le volume sonore augmente d’un seul coup dans l’étroite boutique, la boulangère accompagne son mouvement de tête d’un froncement de sourcils vers la vendeuse qui voudrait interrompre le débit verbal du bonhomme, en vain, l’homme tempête, essaie d’accéder au fournil, le commis le repousse, et la boulangère, depuis sa caisse, tente de calmer l’homme en lui rappelant que le patron – son mari – ne reviendra que d’ici une heure (elle lance un regard appuyé au commis) ce qui plonge le monsieur dans une seconde d’interrogation muette, avant qu’il ne se dirige vers la sortie, quand le commis alors l’interpelle à distance pour confirmer que le pain sera prêt comme d’habitude, mais pas avant une heure et qu’il lui faut revenir. Une cliente murmure « quel pataquès ! », avec une moue désapprobatrice.

Marlen Sauvage

Ce texte est le deuxième du cycle d’ateliers proposé par François Bon cet été 2020. Son thème : « Outils du roman ». Tout est .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s