Un mot, un fragment, par Monique Fraissinet

© Marlen Sauvage 2021– Saint-Laurent-de-Trèves (Cans-et-Cévennes)

Textes issus du stage d’écriture à La Ronceraie, en Lozère, mai 2022. Autrice : Monique Fraissinet

Sacré – C’est une chose sacrée une famille. Une obligation sacrée. Devant Dieu.

Sacré, relève de la religion, 

Si l’on parle d’une chose sacrée pour la rattacher à une famille, cela me semble complètement en opposition, une chose c’est un objet qui ne peut avoir d’âme et la famille est composée d’âmes. Si l’objet est un icône religieux, l’objet a alors quelque chose de sacré. 

Obligation : La famille, une obligation sacrée. L’obligation, acte consenti ou pas mais en tout cas on ne peut s’y soustraire puisqu’il est obligation. Quand l’obligation se doit d’être sacrée, cela me rebute profondément, je veux que les bases de ma famille soient fondées et ancrées dans la liberté et n’ai aucunement besoin qu’elle soit consacrée devant Dieu. Mais pourquoi pas si la liberté est la règle.

Liberté et obligation sont antinomiques.

Les revendeuses à la toilette entrent partout ; elles vous apportent les étoffes, les dentelles, les bijoux de ceux qui veulent avoir de l’argent comptant pour payer leurs dettes….

Depuis quelques années c’était toujours  la même femme qui passait à la ferme, une revendeuse de petits riens et de tout. Une romanichelle, une caraque disait les femmes de ma maison. On ne la laisse pas entrer, on la reçoit dehors. On se méfie des mauvais sorts, des menus larcins et vols qu’elle pourrait commettre. Dans son grand panier d’osier qu’elle porte au bras, elle a amoncelé des rouleaux de dentelles, des petites boites rondes remplies d’aiguilles, des bobines de fil de toutes les couleurs, fil à coudre, fil à repriser, quelques patrons pour confectionner tabliers et autres robes.

Le revendeur noir est installé devant le Monoprix. Il dépose sur le trottoir la grande valise contenant montres, colliers et bracelets. Il porte une casquette aux couleurs du Nigéria. Les passants le voient mais ils ne le regardent pas, ils passent, vite. 

Une voiture de police ralentit, s’arrête quelques mètres plus loin, il a juste le temps de refermer sa boutique de fortune et s’en va rapidement. 

Paris, Métro Barbès-Rochechouart. Devant les grilles du rez-de-chaussée, près de l’entrée du cinéma du même nom, de nombreux revendeurs de cigarettes de contrebande et autres produits interpellent les passants. Les revendeurs à la sauvette se multiplient au fil des années. Qu’est-ce qui les oblige ? La misère peut-être, les gains faciles, leur situation précaire. Une descente de police et ils s’éparpillent aussi rapidement qu’un essaim de papillons dérangés dans leur quiétude.

Autrice : Monique Fraissinet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s