Stage d’écriture, Claudine Albouy (2)

© Marlen Sauvage 2022

Dix ans plus tard

Sur la place  du marché de Cavaillon,  beaucoup d’artisans locaux, beaucoup de monde, des stands variés : poteries, sculptures, plantes sèches, bougies, jouets, petits animaux, lavande sous toutes ses formes. Les gourmands ne sont pas oubliés, du salé, du sucré,  des délices pour le palais, il y en a pour tous les goûts. C’est une fin d’été douce, ensoleillée, l’école a recommencé donc pas de galops intempestifs de gamins dans les allées. Elle a repéré un stand « de petits fruits rouges », étalage de confitures, plats, spécialités… Aujourd’hui, elle se sent libre de flâner, de prendre le temps de se poser, regarder, toucher,  sentir, des heures pour elle seule, à ne s’occuper que d’elle et à se faire des petits plaisirs. Chose d’ordinaire impossible dans sa vie agitée au quotidien, une vie d’artiste et d’itinérances professionnelles, elle est marionnettiste et crée des spectacles. Elle a l’esprit ailleurs devant les pots de confitures « framboises-cassis-groseilles » et elle ne remarque pas le grand type qui s’active le nez dans les cartons pour sortir d’autres bocaux. Il lève la tête et elle le voit enfin ! Ses yeux s’agrandissent entre étonnement, surprise, interrogation… Elle n’en finit pas de le détailler de la tête aux pieds, éberluée. Est-ce bien lui ?Un sosie ?Dix ans ont passé, il a pris des cheveux poivre et sel mais il a conservé sa belle allure sportive. Quand elle lui tend le pot de confiture pour le payer, leurs yeux se croisent, ne se décrochent plus, le pot entre eux  reste en suspens, leurs mains sont secouées d’un tremblement imperceptible. L’émotion transparaît sur chacun des visages, il a reconnu immédiatement l’impertinente ! Il balbutie : « Vous, Colchique ici !!! C’est ainsi que je vous ai toujours appelée dans mon délire. » Elle articule un oui étouffé par l’émotion. Le temps paraît interminable, la surprise les étreint, avec une telle violence que leurs voix sont éteintes, un petit filet à peine audible… Dix années se sont écoulées depuis cette terrible journée, l’avalanche de pierres, le trou noir,  les pompiers, l’hôpital  et cette phrase scandée par tous, vous êtes vivants…Vous êtes vivants… et le noir à nouveau. Ils ne savaient rien ni de l’un, ni de l’autre, pas de nom, pas d’adresse, rien que la prairie de colchiques mauves ! Ils sont pourtant revenus sur ce lieu plusieurs fois avec  toujours ce trou noir, cette absence et là aujourd’hui dans ce petit marché provençal ensoleillé ils replongent dans ce drame qu’ils avaient tant souhaité oublier… Alors ils se racontent ce qu ‘ils sont devenus. Elle s’en est bien sortie avec une perte de mémoire due au traumatisme crânien. Lui, doit faire un effort pour dire la vérité, il a dû être amputé des deux pieds trop abîmés lors de l’avalanche. « Mais tout va bien maintenant. J’ai dû faire mon deuil de mes activités de swing-suit, je suis devenu plus raisonnable, je ne recherche plus l’adrénaline à tout prix, je ne suis plus l’homme chauve-souris. Par contre je me suis pris de passion pour ces dernières,  je les étudie. Ce monde de la nuit est une source nouvelle de plaisir. Moi j’ai toujours besoin de lumière, d’espace, de liberté, d’indépendance, rien au-dessus de moi, de l’ai , de l’air… J’ai trouvé un lieu magique entre terre et ciel, j’habite dans le Queyras. Je cultive des petits fruits rouges et je les transforme .» Des larmes coulent sur les joues de la jeune femme, elle est submergée par la tristesse d’apprendre les suites de l’accident. Elle est bouleversée. « Ne pleurez pas Colchique, j’ai des prothèses qui me permettent presque tout, nous sommes vivants n’est-ce pas le plus important ? Au fait comment vous appelez-vous ?        

Autrice : Claudine Albouy

Comme thème de stage, j’avais proposé « Le mouvement ». Et sans entrer dans le détail des propositions, le mouvement s’appliquait aussi bien aux situations qu’aux personnages, à leurs discours ou encore à la « technique » d’écriture. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s