Foin

marlen-sauvage-meules

Alentour seuls les bêlements des agneaux
les mots des autres dans la tête
leurs peurs de la Bête
Et personne sur la route
pour l’extirper de mes entrailles
Le foin avait belle allure
avant
mais corseté ainsi quelle indélicatesse
L’homme est ballot
plus que la paille
Je me disais en foulant les genêts

Texte et photo : Marlen Sauvage

Une envie de t’écrire…

marlen-sauvage-papier

« Sur toutes ces pensées mortes, sur cette infinité de choses inaccomplies j’aurais tant voulu écrire ! » Patricia Runfola, Leçons de ténèbres, éditions La Différence, 2002.

Au moulin de Brousses, la beauté des papiers chiffon (lin, chanvre, alfa, coton) empilés avant d’être lissés…

Texte et photo : Marlen Sauvage

Carthage, les grands hommes

marlen-sauvage-statues
« Quelques-uns des Anciens s’étaient postés sur la plate-forme des tours, et l’on ne savait pas pourquoi se tenait ainsi, de place en place, un personnage à barbe longue, dans une attitude rêveuse. Il apparaissait de loin sur le fond du ciel, vague comme un fantôme, et immobile comme les pierres. » (Salammbô, Flaubert)

 

Photo : Marlen Sauvage

Equilibre

marlen-sauvage-rocher-Jean

Pendant que j’étais hors des langes reposants de la santé, je vis comme les hommes erraient et les mondes qui erraient dans les hommes.
C’était à se demander ce qu’ils étaient en vérité. Mais quelque chose me disait : « C’en est. Ce sont bien des hommes. Sinon seraient-ils si embarrassés… et en même temps si sûrs ? »
Je vis un escalier équilibrant un ruisseau. Etonnant ! Et pourtant je savais que c’était un homme, et même à n’en pas douter une femme.
Je vis un balcon qui équilibrait un moulin, un moulin au bout d’une gaule. Ah ! Ah ! Puis je vis une grotte qui était en balance avec des jets de pierre. Comment des jets de pierre peuvent-ils faire équilibre à une grotte ? Pourtant cela était.
Je vis des visages : coutures et grimaces portées par deux ou trois stylets. Ces stylets s’enfonçaient dans les années et maintenaient et guidaient l’homme.
Ici une croix équilibrait un puits. Là une aile.
Une cendre légère tenait tranquillement en équilibre une maison entière.
Un château vacille. Un papier lui fait pendant et l’empêche de tomber, ou c’est une plume, une boîte, ou les seins bien formés d’une poitrine blanche.
A une cascade se retient un jeune homme. « Oh symétrie ! Symétrie ! me disais-je, te voici en ce couple vraiment appliquée » et j’errais intéressé dans ce monde singulier, oubliant les tenailles de mon mal tenace.

Henri Michaux, Les équilibres singuliers, Epreuves, exorcismes, 1940-1944

Photo : Marlen Sauvage (Le rocher de Saint-Jean, Serverette, Lozère)