Elles en chambre

Elles en chambre vient de paraître aux éditions de L’Attente.
Juliette Mezenc, l’une des auteurs, est une amie, mais ce n’est pas la raison pour laquelle je relaie l’information sur la sortie de ce livre. C’est que j’ai aimé le lien qu’elle fait avec cette vidéo (lien Publication ci-dessous) où se voit la joie d’un groupe d’hommes dansant sur un chemin de terre au milieu de nulle part. Cette joie, c’est la sienne nous dit-elle, et voilà, vous savez à peu près qui est Juliette. Son écriture lui ressemble.

Publication by GÖNÜL LİMANINDAN GÖNÜLDEN GELEN ŞARKILAR. DJ SEVİLAY.

Entre essai et poésie, une continuation, près d’un siècle plus tard, de la réflexion conduite par Virginia Woolf dans son essai « Une chambre à soi », sous la forme d’une visite guidée des chambres de femmes écrivains. Chambres d’écriture imaginées sous la surface, dans des régions dissimulées au regard, obscures, maintenues à part d’un quotidien souvent mené de front. Ou comment allier espace intime et contraintes matérielles d’une façon infiniment subtile pour ménager sa liberté intellectuelle.

Vous lirez l’annonce de son livre sur son site http://www.motmaquis.net

Rendez-vous sur le site des éditions de l’Attente . Vous trouverez ou pourrez commander facilement le livre chez votre libraire (peut-être privilégier les libraires partenaires de l’Attente) et bien sûr possibilité de commander en ligne directement à l’éditeur.

 

 

Passe Pierre, les ateliers de l’imaginaire

Je vais avoir la chance d’écrire en résidence avec un groupe de 18 enfants de 8 à 14 ans dès la semaine prochaine et jusqu’au samedi 4 mai. Le projet s’appelle Passe Pierre, il existe à l’initiative de la Fédération des foyers ruraux de Lozère depuis 14 ans. Chaque année, il couvre un territoire donné : pour nous, il s’agira de celui de FloracBédouès et Cocurès.

Créer collectivement un nouveau légendaire, c’est ce qui est demandé… Je n’ai pas encore d’idée précise de ce que j’initierai, en dehors du fait que j’aimerais que ce livre soit le reflet de l’écriture des enfants. Il s’agira davantage pour moi de faire écrire que d’écrire, donc…

Les enfants se partageront entre écriture et arts plastiques, dans des ateliers animés par une illustratrice locale, Dominique Fenice.

A chaque fin de résidence, un livre est publié dans la collection « On dirait que… »

ateliers-du-deluge-arbre

ateliers-du-deluge-donjon

L’horizon mangeur de temps, et autres poèmes, par Guillaume Baulès

Avec ce poème, Guillaume, 13 ans, habitué de notre blog, a obtenu le premier prix catégorie collégiens (5e, 4e, 3e) du concours du Salon des Poètes de Lyon en novembre 2013. Je suis contente de le publier ici. Merci et bravo à lui ! 

Derrière l’horizon, sans bruit,

Disparaissent le jour, la nuit.

Printemps, été, automne, hiver

s’en vont aussi, jusqu’en enfer.

L’année d’après tout recommence,

Les jours, les nuits n’ont plus de sens,

Et les saisons repartent ainsi

Mais cette fois au paradis.

Les fleurs dansent sous le soleil,

Mais se ternissent quand vient la nuit.

La lune brille et les abeilles

Se cacheront jusqu’au midi.

Ainsi se termine ce poème,

Derrière l’horizon,

Tout blême de ne plus voir

ses belles et quatre saisons.

 

Les mirages naufragés

Au beau milieu de l’océan,

Je vis la mort navigant

Dans une coque en bois d’ébène

A la recherche d’hommes en peine.

Je suis très maigre et j’ai très faim

J’aurais bien besoin d’un bon pain

Et même si l’espoir est perdu,

Je vois apparaître au loin

Sur un radeau, un jeune pingouin

Qui, aussi gras que dodu,

S’avance vers moi comme une tortue.

Il disparaît lui aussi

Dans les ténèbres de la mer

Et enfin je vois l’Algérie

Ou du moins un morceau de terre.

Ce sont les mirages des naufragés

Ou les mirages naufragés

Qui n’apportent que le bien-être

Pour enfin pouvoir rêver

Sous la magnifique comète

De Halley

 

L’exil des rêves

Dans un village à la montagne,

Sur une terre très accueillante,

Là où n’poussent pas les marécages,

Là où la vie est toute tremblante,

Mais c’est un soir, sous le soleil,

Que je vis pour la dernière fois

Ce bonheur qui pour moi

Etait à chaque réveil

Une merveille et toutes mes joies.

Je t’ai quittée terre d’accueil,

Je t’ai rejoint chemin de la mort,

Chaque jour que je passe, j’erre sans but

Peut-être à chercher mon cercueil.

Je sais que j’ai toujours eu tort

D’être un homme si bourru

Car c’est cela qui m’a coûté

D’être banni de ma contrée

D’être chassé de mon foyer.

Chaque jour qui passe mange le temps

Et je m’assois un long moment

Pour repenser aux événements.

Lorsque j’ai été arrêté

Dans une rage incontrôlable

Que je ne pouvais plus stopper

Car la mort m’y encourageait

Car la mort me soufflait :

Cet homme t’a insulté, tu dois le faire payer

Mais je ne l’ai pas fait

J’ai laissé mon courage remplacer l’incontrôlable

Aujourd’hui, je réfléchis :

Ce n’est pas pour du pipeau,

Que l’on chasse un homme ainsi,

C’est uniquement une histoire

De couleur de peau.

L’exil est la solution pour les gens désespérés

L’exil n’est pas la solution pour pouvoir rêver.

Notre temps tel qu’on le parle

Notre temps tel qu’on le parle, c’est le sous-titre du dernier livre de Yves Jaffrennou Les mots du jour, publié chez l’apart éditions tout récemment (2014). Yves y revisite le langage, les expressions à la mode, avec distance et humour.

Yves Jaffrennou, Angevin d’origine, Cévenol d’adoption depuis de longues années, est agrégé de lettres modernes. Il a enseigné en Allemagne avant de terminer sa carrière dans un lycée du Vigan. Ces Mots du jour ont fait l’objet de billets radiophoniques sur des radios locales de 2009 à 2012.

Mots du Jour

A bouche que veux-tu

Je recommande ici un livre de circonstance, de Erwan Gabory, un jeune ami de longue date, qui depuis son enfance souhaitait devenir écrivain. J’aime bien cette persévérance !

L’envol des baisers, et une signature pour les Parisiens…
Le 8 février peut avantageusement remplacer le 14 😉

1622623_10152169651826092_1898029713_n

Erwan a publié en 2013 Le plieur de chaussettes, chez Christophe Lucquin éditeur.

Le mur de la peur est tombé !

Couverture_vignette2-

Une info que j’ai plaisir à relayer : Paroles de Tunisiennes, le mur de la peur est tombé !, de Marie-Pascale Vincent, vient de paraître aux éditions L’Harmattan. On peut le commander dans toute librairie, sur le site de l’éditeur, ou directement à Marie pour ceux et celles qui vivent en Cévennes ! Pour en savoir plus : http://journaliste-en-cevennes.com/livres/tunisie/