Un Zap book jaune [≠ 24]

Du 1er au 2 septembre (nuit)
Où en suis-je de mes résolutions ? La vie parfois me semble vide, vaine. Arrêter de lire tous azimuts ? Relire les auteurs qui me structurent ? S’engager en chair et en os sans se contenter des aides épistolaires à Amnesty ?

[C’est une interrogation récurrente dans mes carnets, celle de mes lectures, que j’oppose à la « vraie » vie. Conscience de ne pas avoir suffisamment d’une vie pour lire tous les auteurs que je voudrais connaître, et me dire que ce constat n’est peut-être pas essentiel face à tous les engagements qui nous réclameraient… Est-ce fuir la réalité que s’enfoncer dans la lecture ? Enfant, je lisais éperdument tout ce qui me tombait sous la main pour échapper au monde, cela je m’en souviens.]

Aujourd’hui 11 septembre très belle journée commencée par un coup de fil de B. me proposant de travailler sur un projet. Puis appel de J. nous invitant à rencontrer un graphiste. Très heureuse rencontre. Enfin en soirée, appel de DG pour écrire son autobiographie. (…)

[Ah ! le travail qui ravit… Qui nous ravit au temps consacré à soi…]

Le 14 septembre, dimanche.
Retour de Uzès après un superbe week-end où se retrouvaient 150 écrivains. Rencontré Huguette Bouchardeau (…) ainsi que la libraire du Parefeuille (…). Place aux herbes nous avons acheté des plantes, un lantana, une véronique bleue, un citron d’ornement, un platicodon, un cotylédon et un spermoderma.

[J’ai l’impression d’énumérer des maladies de peau… Il ne reste rien de ces plantes. Ce pourrait être un jeu de travailler sur des noms de plantes et d’y associer des maladies de peau… en jouant avec l’aspect de la plante et en lui attribuant des vertus ou des vices…]

De Michel Del Castillo, point. [J’y allais pour lui !]

A propos de la voix
Cette nuit sur Inter, Alexis Vassiliev (haute-contre ou contre-ténor) dit que lorsqu’on chante, le passé ressurgit dans la voix, il transparaît.

[Le 2 janvier j’avais noté (mais non retranscrit ici, pourquoi ?) Ecrire sur la voix : comment la restituer ? Quels éléments « physiques » peuvent laisser imaginer quelle voix ? Absence de la voix.]

[Fin des notes pour 2003, mais le Zap book jaune se poursuit en 2004…]

(…)

Licence Creative Commons

Le carnet jaune à spirale [Fin]

[Je poursuis avec cette relecture du carnet jaune, des commentaires sur mes lectures et… sur ma vie, nous sommes le 15 août 2012]

(…)
« Quand nous réfléchissons, nous nous réfléchissons », écrit encore Jean Maisondieu dans Le Crépuscule, et cela m’apparaît clairement cette nuit. Bien sûr que nous sommes autocentrés…
(…)

Le 17 août 2012
Pas écrit hier. Occupée à travailler au roman puis à préparer l’entretien avec CB, au Bleymard. Partie à 12h30, rentrée vers 18h30.

« Nous déguisons nos pensées comme nous maquillons nos corps, nous nous dupons mutuellement pour sauver les apparences, pour croire et faire croire que nous sommes au-dessus de notre condition de mortels », p. 160, Le Crépuscule de la raison.

[J’ai hésité longtemps à reproduire ce qui de ma vie me paraîtrait utile à la compréhension de toutes ces notations et pour finir je ne franchirai pas le pas. Ce soir, je relisais ce numéro de La Faute à Rousseau (n°45, juin 2007), intitulé « Internet et moi », où des diaristes en ligne et autres blogueurs racontent leur pratique et ses raisons. Tous parlent de cette mise à nu déstabilisante, et des barrières qu’ils posent entre leurs lecteurs et leur vie. Au départ de cette entreprise (qui n’est pas terminée, j’ai des dizaines de carnets) il y a le désir de rassembler sous un même médium ces écrits au jour le jour. De revisiter le passé, de le commenter, de tenter de comprendre sans doute pourquoi je m’évertue depuis des années à mettre des mots sur tout. Derrière cela, l’idée aussi de me débarrasser de ces journaux dont la matière m’agace maintenant. Je tiens pourtant à leur contenu. La preuve… Il est tard, ma réflexion s’émousse, je passerai au prochain carnet qui me tombera sous la main prochainement.]

Licence Creative Commons