Petits bonheurs (130)

Photo : Cécile Camatte

Dans quasi toutes les maisons où j’ai vécu, seule ou non, le hasard a voulu qu’il y ait un lilas. Enfant, je faisais des colliers éphémères avec ces petites fleurs, ma mère me laissait toujours une branche pour faire la belle. Plus tard, à Marseille, dans ma maison au jardin, j’ai appris à m’occuper de l’arbre. J’aimais couper les pousses inopportunes et puis les inflorescences après la floraison : important pour qu’il fleurisse plus et mieux l’année suivante. Le lilas fut un des arbres que j’ai eu fierté à voir ainsi redevenir gaillard sur ce terrain où j’ai vécu quelques années. Ici, là où je vis, j’ai plaisir à retrouver ce bonheur, ainsi que celui de pouvoir me faire un bouquet. « Il faut bien écraser les tiges avec un marteau, c’est ainsi que le bouquet peut perdurer ». Savoir acquis auprès d’une passionnée de fleurs, belle dame aux yeux bleus magnifiques et à la superbe chevelure blanche qui aimait me donner un bouquet de leur merveilleux lilas blanc, après un passionnant cours de chant, pris en bord de mer. Le lilas, pour moi, c’est beaucoup de petits bonheurs.

Cécile Camatte

Petits bonheurs (98)

J’ai mis longtemps à aimer les dimanches. Comme la routine. Pour de multiples raisons. Et puis par hasard, j’ai rencontré la photo. J’ai apprivoisé le quotidien, la routine, en les regardant, en apprenant à les découvrir. Aujourd’hui, j’ai un rendez-vous régulier, le dimanche matin, avec une amie que j’apprécie. Nous parlons de tout et de rien en faisant de multiples tours de cet étang. De temps à autre, en marchant, je me pose et je fais une photographie. Du beau temps. Des reflets. Du temps qui passe, des saisons, du semblable et du différent. J’aime ce moment d’autant plus qu’il m’a longtemps été fort étranger. 


Un petit bonheur proposé par Cécile Camatte (Texte & photo
). Merci à toi !