Soyons clairs…

« C’est une erreur de vouloir faciliter la tâche du lecteur. Il ne vous en saura pas gré.
Il n’aime pas comprendre, il aime piétiner, s’enliser, il aime être puni. D’où le prestige
des auteurs confus, d’où la pérennité du fatras. »

Œuvres, E. M. Cioran, « Ebauches de vertige », Quarto Gallimard, p. 1443.