Un p’tit tour en ville ?

La commune de l’Etang-Salé, sur la côte ouest de l’île de La Réunion, existe administrativement depuis le 8 janvier 1894, elle compte alors près de 2 500 habitants (13 894 aujourd’hui). Déjà, dès 1882, la gare du village favorise l’installation de colons. Située entre les Avirons (au nord) et Saint-Louis (à l’est), la ville doit son nom à un petit étang – qui n’existe plus – anciennement formé par la mer. Sa devise « Entre mer et forêt » s’explique par la présence d’une forêt dont je comprends que les administrés (et non les élus évidemment, comme je l’avais écrit précédemment !) tentent de la conserver pour en éviter la déforestation au profit de l’extension d’un terrain de golf… La commune comprend une station balnéaire (Etang-Salé-les-Bains), le centre-ville, et les hameaux des hauts (Etang-Salé-les-Hauts, où je réside en ce moment) qui s’appuient sur un arrière-pays montagneux. Sa plage de sable noir (mélange de basalte, d’olivine et de corail) est brûlante en été, je me souviens avoir été surprise il y a quelques années par mes capacités à sprinter jusqu’à l’océan pour m’y rafraîchir la plante des pieds ! A la fin du XIXe siècle, des milliers de filaos ont été plantés sur les dunes pour y retenir le sable. Le nom latin de cet arbre est « Casuarina » (qui) signifie « rameau » car on peut confondre sa feuille filaire avec un rameau. De là découle aussi le nom Casoar. Le feuillage de Casuarina equisetifolia ressemble au plumage du Casoar » me dit Wikipédia (merci !).  Il remplace le sapin de Noël sous les tropiques. 

MS

La case créole

© Marlen Sauvage 2021

Une petite case créole à l’abandon dans la rue principale de l’Etang-Salé-les-Hauts… Construite en bois, couverte d’une toiture à quatre pans (en tôles ou en bardeaux), c’est la maison typique réunionnaise. Version moderne des anciennes paillotes où vivaient les exilés de l’époque colonialiste, elle est recouverte de bardeaux qui permettent à la pluie de glisser et qui protègent aussi du vent. Cette case n’est pas ornée de lambrequins, en tout cas pas sur la façade qui donne sur la rue. Ils ornent traditionnellement l’auvent depuis les années 1860. A l’origine en bois, ils sont souvent en tôle et remplacent les gouttières, on plante généralement des petits buissons en-dessous, pour absorber la pluie. Typique aussi de la maison réunionnaise, le baro, grand portail en fer forgé qui sépare l’habitation du reste de la rue.

MS

Petits bonheurs (30)

marlen-sauvage-oiseauLR

Sauver des griffes du chat un minuscule « zoizo vert » ou « oiseau-lunettes vert » ou « zozterops olivaceus »…

Texte et photo : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (29)

marlen-sauvage-arbre

 

Surprendre des doigts et autant de caresses sur le vieil arbre au bord de l’eau.

Texte et photo : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (28)

marlen-sauvage-ocean-indien

Face à l’Océan indien, se baigner dans son ciel.

Texte et photo : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (27)

marlen-sauvage-pitaya

Savourer la couleur et les formes du pitaya, avant sa chair subtile et fondante…

marlen-sauvage-pitaya1

 

Texte et photos : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (26)

marlen-sauvage-tempete

Ecouter souffler la tempête tropicale avec soulagement quand on vient d’échapper au cyclone annoncé…

 

Texte et photo : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (25)

 

marlen-sauvage-vache

Sur un chemin cahotant, croiser une vache solitaire après un déluge de pluies…

Texte et photo : Marlen Sauvage

 

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (24)

marlen-sauvage-rose-porcelaine

Faire le tour du jardin (on dit « la cour », ici) avant l’arrivée du cyclone et tomber en arrêt devant une rose de porcelaine*…

*qu’on appelle aussi « gingembre torche ».

Texte et photo : Marlen Sauvage

 

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se prêtent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr

Petits bonheurs (23)

marlen-sauvage-jaque-texture

Approcher enfin un jacque et l’envisager sous toutes les coutures !

marlen-sauvage-jaque

Texte et photos : Marlen Sauvage

Partageons nos bonheurs !

Vous êtes heureux ? Dites-le !
« Nos téléphones se pretent bien à cela, on marche, et hop on attrape un instant qui surgit, aussi fugace que sacré, unique et délicieux, et on continue le chemin d’un pas de plus vers autre chose…  »
Sylvie Chaudoreille (en réponse à ma proposition)
1 image et 1 phrase que je publierai dans une série « Vos petits bonheurs ». A adresser à
marlen.sauvage@orange.fr