Le cahier à carreaux

@marlen.sauvage Le pont roman, Nyons.

Retrouvé dans un carton lors de mon dernier déménagement un cahier à carreaux Lafontaine où, jeune femme, je notais les citations issues de mes lectures. (Le petit carnet rouge de mon adolescence, lui, je ne l’ai jamais récupéré.) Et tout près de ce cahier, un répertoire où je classais par thème lesdites citations… Ce qui nous construit…  ce qui nous distingue… à l’époque où l’ordinateur n’occupait pas encore la place qu’il occupe, où l’internet n’existait pas et où la lecture était mon unique distraction. 

Parmi les carnets à relire, il y avait donc le cahier à carreaux que je viens de retrouver après un énième déménagement, au fond d’un carton oublié. C’était le cahier de citations issues de mes lectures de jeune femme ; un répertoire l’accompagnait qui recensait les thèmes par lettre initiale donc : absurde, alliance, amour, etc. [Le carnet rouge de l’adolescence est bel et bien perdu, lui.] Absurde alors pour les premières citations notées…

« Toutes les absurdités qui font ressembler l’histoire à un long délire ont leur racine dans une absurdité essentielle, la nature du pouvoir. » Simone Weil in Simone Weil, par Huguette Bouchardeau.

« Et il comprenait que, dans ce sentiment de totale absurdité de tout ce qui, jusque-là, n’avait jamais été absurde, s’achevait le long chemin de sa crise.  » Alberto Moravia, La désobéissance.

« Les autres définissent mon devoir, et me libèrent du vertige de l’absurde : ils assignent à ma vie un sens. » France Quéré, Si je n’ai pas la charité.