Un Zap book jaune, [≠ 15]

[2001]

Le « mana ». Parmi les publications essentielles de Mauss, il y a celles consacrées à la magie et au mana. Je pense aux « mots mana » de Barthes.

[J’avais trouvé un abécédaire sur le net à l’époque qui donnait cette définition de Mana : « notion liée à l’énergie et à la puissance vitale, croyance primitive universelle sous divers noms. Un dieu a pour fonction de distribuer le mana, élément de vie essentiel et n’a de valeur aux yeux de ses fidèles que s’il peut le faire efficacement. Le mana est une notion essentielle du magisme, universel sous diverses appellations, sorte de force spirituelle immatérielle et surnaturelle. Cette notion est liée à un problème d’énergie et de puissance vitale. Un totem, une entité, un dieu, un chamane a pour fonction de distribuer le mana, élément de vie essentiel qui est lié aux pouvoirs magiques. » J’aime bien faire écrire autour des mots mana que l’on cultive pour soi depuis son enfance…]

Je trouve que ça sent bon
Je trouve que ça sent rond
Il lui caressait la fesse gauche, elle était allongée sur le ventre, presque collée à lui.
Il dit L’autre est un inconnu familier
Elle répondit C’est bien quand ça reste comme ça !

[En retranscrivant ce qui précède, je pense aux Etrangers familiers, ce spectacle (créé en 2008), ce collectif de chanteurs et musiciens, avec entre autres Loïc Lantoine et Eric Lareine créé en hommage à Brassens, et je ne suis pas surprise que l’homme de ma vie soit un fan de Loïc Lantoine…]

Licence Creative Commons

Mana…

Mots-mana : mot évocateur, qui fait surgir des choses essentielles et qui fait écrire, mot qui fait plaisir, qui fait du bien.

« Framboise –
C’est franc, c’est frais, ça se trouve dans les bois. Comme la myrtille ou la fraise des bois. Le fruit de mon enfance.
Ma grand-mère entretenait des pans de murs entiers de framboisiers que j’arpentais, en long en large et en travers, assise, debout, couchée, pour en dénicher les fruits rouge-violet, les plus gros, les plus mûrs. Je les décrochais délicatement pour les faire fondre aussitôt dans ma bouche. J’en ai encore le jus à la bouche. Le jus des framboises de ma grand-mère, celui de l’été, du soleil, des vacances. »

« La myrtille-
Ce petit fruit rond bleu-mauve, que l’on cueille au ras du sol, juteux à souhait. Il en faut de ces petites baies sauvages pour remplir un panier, un moule à tarte ! Une tarte aux myrtilles, pour titiller les papilles, après la cueillette, à déguster en famille. La tarte aux myrtilles de ma grand-mère, toujours la même, femme austère mais fameuse cuisinière. Faisait-elle passer ses émotions au travers de ses bons petits plats ? De ses pâtisseries ? Jamais je n’ai dégusté de tarte aux myrtilles à la hauteur des siennes. Jamais. Une saveur délicieuse, inimitable, jamais retrouvée. Celle des repas en famille, le temps d’un répit, celui des vacances. »

Les textes sont de Chrystel Courbassier