Monastir, après la tempête…

Monastir. Balade ensoleillée ce dimanche sur la Mida El Kebira (la grande table) où quelques escaliers taillés dans la roche en facilitent l’accès. Un pêcheur sort un mérou de l’eau.
Devant nous, le ribat bercé par les flots bleus, apaisés.
A droite du fort, l’île Redamsi, bien calme après la tempête de samedi dernier…
Le cimetière dans la ville, le calme par excellence loin des rues populeuses.
Sortie du cimetière et vue sur le carré des martyrs, tombés lors de la lutte pour l’indépendance, le minaret de la mosquée de Bourguiba, et à droite, un mosalla, lieu où l’on reçoit les condoléances à l’issue d’une cérémonie funèbre.
Les belles couleurs des épices dans une petite échoppe de la médina.
Dans la même échoppe, graines et légumineuses. Les prix sont en dinars (un euro = 3,46 DT)
Et enfin, de quoi pimenter la vie…

Texte et photos : Marlen Sauvage

Dans la médina d’Hammamet

marlen-sauvage-vacheTunis

Près de l’autoroute qui mène à Hammamet, à une soixantaine de kilomètres au sud de Tunis, une vache broute à l’ombre d’un eucalyptus décharné…

marlen-sauvage-hammamet-plageContrastes de blanc et de bleu, de sable et de collines, d’eau et de ciel… Au pied du rempart de la kasbah, à l’ouest de la ville, les barques siestent au soleil déjà trop haut pour de belles photos.

marlen-sauvage-hammamet-fort

Kasbah d’Hammamet, IXe siècle… Un bout de rempart mord le ciel.

marlen-sauvage-hamma-minaret

Le minaret hors du temps de la prière, qui écrase la médina du poids de son silence.

marlen-sauvage-hammamet-place

Peut-être Flaubert, Maupassant, Cocteau se sont-ils perdus dans les ruelles pour se retrouver sur cette placette…

marlen-sauvage-hammamet-rue

Des ruelles esseulées, à l’heure où la vie se terre derrière les murs…

marlen-sauvage-hamma-medina

Et où seuls des poissons nous accueillent à chaque entrée de maison.

marlen-sauvage-hamma-musee

Le musée Dar Khadija qui, d’après ce que j’ai lu car n’y suis pas rentrée, retrace les  origines de la ville jusqu’à nos jours, des invasions turques et maltaises, jusqu’au protectorat français et à l’Indépendance en passant par la visite de Paul Klee, la pêche et la broderie, avec le point « de Hammamet ».

marlen-sauvage-hamm-cimetiere

Construit en 1881 par Désiré Bordier, le cimetière chrétien côtoie le cimetière musulman.  L’homme est un ancien militaire qui a servi en Algérie, il débarque cette année-là à Hammamet avec les premières troupes d’occupation. Douze soldats français meurent et c’est pour eux qu’il fait construire ce cimetière, dit-on. Il devient contrôleur civil, prend finalement sa retraite dans la ville et y fait des découvertes archéologiques…

marlen-sauvage-hammamet

Fin de l’excursion autour du fort, le long de la mer, superbe à cette heure-ci.

Texte et photos : Marlen Sauvage

Promenade [estivale] à Kairouan

marlen-sauvage-kairouan

La ville faisait front au malheur.
Elle lui opposait l’action et l’inertie, à moins que ce ne fût le jeu. Elle multipliait les feintes et les prises. Elle se rendait inintelligible à l’adversaire, à l’ami, peut-être à elle-même. Etait-ce pour l’emporter ou pour renoncer ? Et si ce n’était ni l’un ni l’autre, mais plutôt que le malheur l’eût rendue tout entière équivoque, pour la mener à l’issue, ou bien à quelque monstre central ? Qui pouvait le savoir ?
La raison, sans aucun doute, à condition de percer et d’accomplir ces dédales.

Ce pays qui te ressemble était l’Orient. La ville pouvait être Le Caire, Ispahan, Damas, Caboul. J’y errais par une de ces nuits où le ramadan se fait or nocturne, gloire de la poussière, ivresse de la privation. Une foule se pressait dans les rues de la nuit, plus fervente d’être à ce point accablée par le malheur.
J’errais dans le vieux quartier qui du mausolée d’un saint conduit par un lacis de ruelles à deux portes du rempart, la Conquérante et la Victoriale. Une fondamentale abondance de signes m’entourait. Des sanctuaires pour le recueillement, des halles pour le négoce, des écoles aux surplombs ouvragés, des fontaines pour la soif. Mais tout cela mêlé, fuyant, et comme masqué. Les remaniements inlassables de la forme, tant de variations sur tant d’immémorial, aujourd’hui le modernisme qui rase les palais, ouvre des écoles et des bureaux, érige des blancheurs lisses à étages parmi les reliefs brunâtres du passé, tout cela confondait les époques, brouillait les pistes du même être collectif qui bougeait toujours fidèlement dans l’espace héréditaire. On priait, on fumait, on causait, on regardait les femmes. On mangeait. Aux éventaires luisaient les fruits multicolores de la saison. Des gargotes s’échappait l’odeur des viandes chaudes. Sur le parvis du saint, l’enseigne d’un rôtisseur s’autorisait d’un centon coranique pour vous inciter à jouir des bonnes choses de ce monde, tant qu’elles sont licites.
Le désir des nourritures est aussi désir de la vie, appétit de soi-même, élan de toutes les faims. Par le besoin, cette foule rejoint l’histoire du monde et, de son malheur et de son risque et de son espoir, la refaçonne, qui sait ? On s’y perd.
Ainsi la ville se ramassait, dans ce mois de ramadan, sous son manteau de fausse inconscience, déchiré par le besoin. Que fallait-il le plus admirer, de son aptitude à ignorer la catastrophe, ou de son énergie à la défier ? Telle avait dû être dans bien des cas la conduite des sociétés orientales, et de beaucoup d’autres, au moment de l’occupation étrangère. Des peuples rompus se reployaient sur leur prière, qu’on appelait aussi leur illusion. Sur leur désir, sur leur rêve, que j’appelle aussi recours à la Nature et à leur nature.
Leur démarche pouvait aboutir, puisqu’elle les a menés à beaucoup de reprises, malgré la disproportion des forces. Mais dans cette capacité réside un péril : que ce rêve, pour l’appeler ainsi, ne soit pas celui qui donne à l’histoire son envol, mais l’élude et l’ensevelit. Qu’il ne soit pas la « splendeur orientale » qu’appelait Baudelaire, mais sa caricature d’exotisme et de mensonge, complice de l’agresseur. Et que cette pluralité de recours ne soit pas le jaillissement d’une vérité indivise, mais sa parodie, et non pas une lutte par la métamorphose, mais un lâchage dans la confusion.

Jacques Berque, L’Orient second, nrf, Gallimard, 1970.

marlen-sauvage-kairouan1marlen-sauvage-kairouan3marlen-sauvage-kairouan4marlen-sauvage-kairouan9.6marlen-sauvage-kairouan9.7marlen-sauvage-kairouan9.8marlen-sauvage-kairouan9.9marlen-sauvage-kairouan9
marlen-sauvage-kairouan5 marlen-sauvage-kairouan6 marlen-sauvage-kairouan8marlen-sauvage-kairouan9.1 marlen-sauvage-kairouan9.2 marlen-sauvage-kairouan9.3 marlen-sauvage-kairouan9.4

Kairouan, la médina, sept. 2014. MS

Licence Creative Commons

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.