Explorer les formes 6 (atelier)

par Monique Fraissinet

marlen-sauvage-formes2

(Des formes et des couleurs)

Le rond ne veut-il jamais s’ouvrir pour garder ses secrets ?

Est-ce la signature qui attire l’œil vers le carré d’Hermès ?

Le losange est-il un carré dont on a fermé les angles ?

Le rectangle bleu indique-t-il toujours un lieu-dit ?

Pourquoi passer du rouge de colère au vert de peur ?

Les enfants sont-ils attirés par les couleurs des livres de la bibliothèque rose, verte, rouge et or ?

Texte : Monique Fraissinet
Photo : Marlen Sauvage

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Explorer les formes 5 (atelier)

par Monika S.

marlen-sauvage-formes1

Le rond est lune

le rond est plein

le rond est saoul

a-t-il trop bu, le rond ?

 

L’ellipse cousine du rond

s’allonge, prend ses aises

flotte en ruban ovale,

en fuite l’ellipse s’éclipse ?

 

Triangle trois angles

trois côtés droits comme un i

court, long, plus long encore

est-ce qu’à la fin les angles sont morts ?

 

Losange, angelot,

mosaïque, carreaux

habit d’arlequin

aride dessin

décor joyeux

losange es-tu facétieux ?

Texte : Monika S.
Photo : Marlen Sauvage

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Explorer les formes 4 (atelier)

par Anne Vernhet

marlen-sauvage-formes3

Le carré, en se multipliant par lui même, peut-il nous élever jusqu’à l’infini ?

Le cercle, si rond, si régulier, si accessible est-il bien celui que nous croyons, ne peut-il pas sans que nous n’y prenions garde, nous rouler hors de nous même ?

Le rectangle, carré raté, parallélépipède trop réussi, surreprésenté dans nos vies, de l’écran au stade de foot, a t’il définitivement conquis le monde ?

Le passé est triangle, le présent est rectangle, comment sera l’avenir ? …ovale j’espère !

L’ovale n’est il qu’un rond aplati ou est ce une ruse pour mieux rebondir ?

 

Un triangle,

deux triangles,

Une étoile,

Trois triangles,

Quatre triangles,

Deux étoiles,

Mille triangles,

Un ciel étoilé.

 

Pourquoi réduire le triangle à une quelconque forme géométrique alors qu’il suffit d’en avoir deux pour faire surgir une étoile ?

Texte : Anne Vernhet

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Explorer les formes 3 (atelier)

Par Chrystel C.

marlen-sauvage-Calder

Cinq questions de forme à ma femme

Pourquoi

le

cercle

de

tes

yeux

ne

vacille-t-il

jamais

quoi

qu’il

arrive ?

 

L’

ovale

de

ta

face

n’a-t-il

d’autre

place

que

posé

là,

sur

ce

cou

maigre

et

blanc ?

 

Comment

se

fait-il,

ma

chérie,

que

le

triangle

de

ton

nez

n’en

finisse

pas

d’épaissir

au

fil

des

années ?

 

Se

peut-il

qu’un

jour

cette

affreuse

coupe

au

carré

cesse

de

dissimuler

ton

visage

acéré ?

 

Enfin,

pourquoi,

dis-moi,

ce

merveilleux

losange

qui

te

sert

de

bouche

fuit-il

mon

corps

si

ardemment

depuis

bien

trop

longtemps ?

Texte : Chrystel C.
Photo : Marlen Sauvage (Calder, Exposition temporaire du musée Soulages de Rodez, 2017)

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Explorer les formes 2 (atelier)

par Liliane Paffoni

marlen-sauvage-formesL

Quand

le

cercle

et

le

carré

cesseront-ils

de

faire

les malins

avec

la

quadrature

du

cercle

?

 

Pourquoi

le

triangle

a-t-il

refusé

de

vivre

seul

?

 

Quand

comment

pourquoi

le

losange

a-t-il

renié

son

ami

le

parallélogramme

?

 

Pourquoi

les

enfants

disent-ils

qu’il

existe

des

rectangles

à

l’envers

?

Texte : Liliane Paffoni
Photo : Marlen Sauvage

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Le carnet rouge à spirale [≠ 6]

[Une série de réflexions pendant l’écriture d’un mémoire sur les ateliers d’écriture.]
(…)
Autre chose : dans L’enfant, le prisonnier, repérer quelques réflexions sur les attentes des détenus, pour alimenter le paragraphe [du mémoire de DUAAE] concernant ce public.

Pour ou contre le dictionnaire en atelier ? Pour ! Un support à certaines propositions pour les participants qui peuvent y puiser des “aides”, pour celui ou celle qui cherche le mot juste, pour vérifier certaines critiques quant au vocabulaire lors des retours par les participants et enfin, parce que si l’on ne se préoccupe pas d’orthographe ni de syntaxe, rien n’exclut que certains aient envie d’y avoir recours (en prison, c’est… prisé).

Trouver ce qui va bien dans un texte écrit « contre » le ressenti même de l’auteur ? => Etre pertinent dans ses retours quant au texte en le replaçant dans une logique de personnage, de situation fictive de récit. Mais est-on crédible ?
[Souvenir que j’avais manqué de pertinence en tentant cela avec une participante, précisément, laquelle invoquait la « véracité » de la situation évoquée… Pourtant, je maintiens qu’il est préférable de « retourner » sur les textes en gardant à l’esprit que le « je » littéraire l’emporte toujours sur celui de l’auteur.]

Sur la question des compétences : « Etes-vous prof ? », maintes fois posée en détention.

Oser une parole personnelle ? Jamais elle ne prendra la place des auteurs !

[Je réfléchissais ici à diverses questions relatives à l’animation d’ateliers d’écriture, évoquées dans le mémoire d’un étudiant qui m’avait précédée dans cette formation. Sur ce point particulier, j’ai changé d’avis. Oser une parole personnelle, bien sûr, ce n’est pas se substituer à un auteur quel qu’il soit !]

Progression dans les propositions ? Faire « progresser » est-il vraiment la signification sous-jacente ? Non. Peut-être une façon d’amener les participants à se questionner sur leurs pratiques une fois qu’ils ont expérimenté des propositions différentes (« cheminement » est préférable, en effet).

Apprendre à laisser parler les participants avant de donner mes propres retours.
[Pas de systématique, là encore. Un retour n’est jamais un jugement de valeur, et pour encourager des retours qui n’en soient pas, je crois à la parole de l’animateur qui situe les choses du côté du texte, du travail mis en œuvre pour répondre à un enjeu d’écriture, et qui donne ainsi le contexte des retours.]

Questionner ce qui fait la réussite d’un atelier : l’assiduité ? La production de textes, voire, leur qualité ? L’adéquation entre objectif visé et objectif atteint ?

[Questions récurrentes, malgré les années. Ce week-end du 19 octobre 2013, dans notre rencontre annuelle avec les compagnes de promo de l’université Paul Valéry, nous en avons évoqué bien d’autres… Signe que ce métier ne s’installe dans aucune certitude.]

Licence Creative Commons