Explorer les… couleurs 7 (atelier)

par Aline Leaunes

marlen-sauvage-Soulages

Pourquoi la colère explose-t-elle en rouge ?

Le bleu ciel a-t-il la mème douceur dans la tempête ?

Le vert amande est il amer quand la langue le caresse ?

La brillance du noir soulage–t–elle nos peines ?

Le mauve chrysanthème  a-t-il le parfum de la tristesse ?

Texte : Aline LEAUNES
Photo : Marlen Sauvage

Atelier d’écriture librement inspiré de la question quotidienne de Claude Enuset.
Marlen Sauvage

Il n’y a pas de hasard…

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous », écrivait Paul Eluard. C’était le thème d’un atelier dans nos vallées cévenoles durant l’année qui se termine doucement. Ici, la réalité dépasse la fiction… Deux textes de Monique Fraissinet.

marlen-sauvage-Grattegals 

Le grand bâtiment aux formes très géométriques est habillé de fer rouillé. A l’intérieur, des bancs aux couleurs de rouille. Tous les visiteurs tournent autour de la grande salle éclairée par un soleil inhabituel. Les toiles vues à l’écran sont là, devant mes yeux. Freinée par l’incroyable impression qui naît de ce que je découvre, je reste longtemps devant chaque tableau. Un homme suit le même rythme, tantôt s’approchant, tantôt prenant du recul pour mieux voir. Nous nous regardons sans mot dire.
S’arrêter, s’asseoir sur le banc en face. Je m’y retrouve là, en même temps que l’homme au costume clair. Tous deux avons les yeux fixés sur l’immense toile au centre de la pièce. Ce noir est tellement lumineux. Incroyable, la lumière qui ressort de cette peinture. Je me surprends à parler tout haut. Lui, lève la main et me fait remarquer, là, vers la gauche du tableau, un reflet clair dans le noir. Nous sommes assis tous les deux côte à côte, depuis une bonne dizaine de minutes, scotchés devant tant de talent. La voix d’une femme annonce « Le musée va fermer, il est midi ». Je n’ai pas eu le temps de tout voir me dit-il. Nous échangeons encore quelques mots pour convenir qu’il nous faut revenir l’après-midi.
Un restaurant près du musée. Il est rentré en même temps que moi. Gentiment, il me propose de partager sa table.
La discussion déborde du noir de Pierre Soulages. Il me fait part de ses passions, je lui parle des miennes. Il me sert le plat principal qui fera de notre rencontre un moment très privilégié. Il est historien des moulins, moi, héritière d’un moulin. Et la roue tournera, encore et encore entre l’historien et la meunière, chacun apportant de l’eau au moulin de l’autre.
Texte : Monique Fraissinet « Rencontre avec Pierre Soulages et l’historien des moulins »
Photo : Marlen Sauvage – Au moulin de Grattegals (celui de l’histoire !)

Ci-dessous, une autre version de cette histoire…

Le grand bâtiment aux formes très géométriques est habillé de fer rouillé. Aller voir le noir au musée Pierre Soulages. A l’intérieur, des bancs aux couleurs de rouille. Tous les visiteurs tournent autour de la grande salle éclairée par un soleil inhabituel. Les toiles noires, noires et blanches sont là, devant mes yeux. Freinée par l’incroyable impression qui nait de ce que je découvre, je reste longtemps devant chaque tableau. Un homme suit le même rythme, tantôt s’approchant, tantôt prenant du recul pour mieux voir. Nous nous regardons sans mot dire, sans maudire, alors que chacun de nous, laisse voir une réelle satisfaction de découverte dans ces œuvres.

S’arrêter, s’asseoir sur le banc en face. Je m’y retrouve là, en même temps que l’homme au costume clair. Tous deux avons les yeux fixés sur l’immense toile au centre de la pièce. Ce noir est tellement lumineux. Incroyable la lumière qui ressort de cette peinture. Je me surprend à parler tout haut. Lui, lève la main et me fait remarquer, là, vers la gauche du tableau, un reflet clair dans le noir. Nous sommes assis tous les deux côte à côte, depuis une bonne dizaine de minutes, scotchés devant tant de talent. La voix d’une femme annonce « Le musée va fermer, il est midi ». Je n’ai pas eu le temps de tout voir me dit-il. Nous échangeons encore quelques mots pour en convenir qu’il nous faut revenir l’après-midi. Un restaurant près du musée. Il est rentré en même temps que moi. Gentiment il me propose de partager sa table.

Partager la table de l’inconnu du musée qui, comme moi, aime les œuvres de Pierre Soulages. Je me demande si j’ai bien fait d’accepter, je me sens gauche en face de lui. Quelques secondes de silence entre nous me troublent. On nous a installés à la terrasse, sous la véranda, face au musée. Premier sujet de conversation : oser l’architecture moderne dans ce quartier chargé d’histoire. Il en connaît un rayon. Il me demande si je viens de loin. De Lozère, à côté de Florac. Lui, encore l’inconnu, habite en Aveyron, quand son travail ne le retient pas à Paris. Il me dit arpenter la France et l’Europe pour aller à la rencontre de moulins à vent, à eau, en état de fonctionner ou pas, en rénovation, en ruine. Aller chercher dans leurs entrailles la vie de meuniers disparus et ceux qui y croient encore. De tout ça, il en fait des livres. Il en a publié une bonne dizaine. Je n’y crois pas. L’atmosphère, est plus détendue. Autour des ses propos, l’inconnu devient un familier, quelqu’un issu de ma famille de meuniers, qui eux, depuis sept générations ont fait tourner les meules du moulin de Grattegals. Je lui en fais part. Spontanément, au travers de la table, il me tend la main. Bienvenue, ma chère Dame au pays des amis des moulins. Entre nous, il n’y a plus eu de silences, les échanges fusaient d’un côté comme de l’autre. A peine avait-il fini d’évoquer un moulin, je rebondissais sur un souvenir vécu dans le mien. Le soir sur son invitation, je restais chez lui. Il parlait, parlait toujours, seulement des moulins. Je feuilletais ses livres. Au petit matin, je visitais son moulin, enfin ce qu’il en restait. L’ancienne bâtisse, il l’a rénovée. Amoureusement il entretient le béal qui laissait couler l’eau jusqu’à la gourgue pour faire tourner les meules. Il n’en restait qu’une de ces meules, esseulée dans le sous-sol. Il vivait son rève. Depuis, il est venu écouter le tic-tac des trois meules du moulin de Grattegals. Un hasard de rencontre qui n’en finit pas d’être des rendez-vous depuis trois ans.

 

Carnet des jours (25)

image

[Sans doute ai-je l’impression, à cultiver ce décalage, de ne plus parler vraiment de moi…]

Le mardi 5 septembre, à rebours
Depuis notre arrivée à Guérande vendredi 1er, c’est la fête ! Anniversaire oblige… Jo nous régale et nous allons de restau en restau… Vendredi et samedi soir chez Oleg. Contente de découvrir l’antre du filleul, sa collection de bières, de whiskeys, de vins… (Les vins d’Oleg, une bonne place ! Un peu de pub pour les Guérandais !) Retrouvailles avec la famille locale et connaissance du petit dernier, Simon, un amour de bonhomme, bon, il n’a que deux mois, je crois ! Dimanche, Auberge de Breca où je choisis un blanc-manger de chou-fleur, son guacamole et tartare de haddock avec une mousse aérienne… harmonie de la cuisine traditionnelle et de la cuisine moléculaire… Délicieux. Pendant ce temps, la tablée mangeait un excellent foie gras. Suite plus traditionnelle mais réussie avec un dessert de crème citronnée et d’agrumes. Brasserie le dimanche soir avec Alain et Aimée arrivés vers 19 h, foie gras, cabillaud sur tagliatelles et île flottante, le dessert de mon enfance, je le préfère toujours à tous, et je me dis à chaque fois qu’il n’a pas le goût de celui de ma mère. Dernier soir, hier lundi, repas de galettes extra dans Guérande intramuros, au Logis. Toute cette débauche de menus me rappelle Pontormo et son autobiographie centrée sur ses repas et états du corps !

Retour en voiture avec P. et B. vers la Drôme. Je m’occupe à l’arrière à photographier un de mes pieds sur la vitre. Impression de marcher sur les nuages.

J’ai enfin compris le fonctionnement des cannes anglaises et de l’intérêt de s’appuyer sur la béquille opposée à la jambe malade. J’observe plus tard dans un film que l’acteur n’a pas été briefé et qu’il s’appuie du mauvais côté !

Depuis le 15, dans le désordre
Séances de kiné à la maison après avoir vu deux fois dans la Drôme le magicien de Brigitte qui travaille sur les énergies et qui m’a remise sur pieds, sans cannes, en deux séances de deux heures. Glace et repos tout de même mais entre les deux, je tiens debout.

Aucune inspiration pour la proposition n° 5 de François Bon… Tenté un récit puéril et rassis.

Je n’écoute plus la radio. Le ciel me suffit.

Les ouragans se succèdent ailleurs. On ne peut pas vibrer de frayeur à une telle menace tant qu’on n’a pas d’enfants vivant sur une île.

J’ai regardé 6 séries de Game Of Thrones puisque les circonstances s’y prêtaient. Surprise d’être accroc à cette saga, un peu trop gore à mon goût, mais je ferme les yeux les trois quarts du temps pour suivre les intrigues du pouvoir, les jeux d’alliance et tenter de faire des hypothèses dans cette masse de personnages et de lieux, depuis le temps que l’on m’en parlait. Stef n’a pas accroché ni K. Mon grand âge sans doute…

Vaccin antirabique pour les chats. Les emmènerai-je au final ?

Le 25 septembre
Atelier d’écriture en vidéo, tout se passe bien, sans coupure ; trois heures et quelques heureuses.

Le 28 septembre
Rodez pour le musée Soulages où m’emmènent Eva et Pascale. Le temps est de la partie. Bien calée à l’arrière de la voiture, je dialogue avec la gentille chienne assise derrière moi et qui me cajole de temps en temps, son long museau dans mes cheveux. Je retrouve les premières peintures de Soulages que j’apprécie bien plus qu’il y a quelques dizaines d’années… Découvre ses lithographies, et ses sérigraphies, et ses eaux-fortes ! En revanche, toujours captivée par son « outrenoir » que je capte doré avec la lumière du dehors ! Magique Soulages. Le long d’une immense toile, sans la quitter du regard et tout en sautillant, je m’émerveille de ce qui se passe sous mes yeux, une émotion venue de très loin me traverse et je refais le trajet en sens inverse pour le bonheur de la ressentir encore, c’est une étreinte qui me tire les larmes pourtant. (Les photos sont telles que je les ai prises, non retouchées.) Je lis dans un entretien qu’a mené Charles Juliet avec Pierre Soulages que ce dernier préfère les tableaux pris sur leur mur d’exposition : « Habituellement, la reproduction d’une toile est un rectangle impeccable sur le fond blanc du papier.  Ces reproductions m’ont toujours choqué : d’abord on ne voit jamais une peinture sur un fond blanc de cette nature-là. / Je crois moins trompeuse la photographie du mur où la toile est présentée. Cela évoque mieux qu’une reproduction banale, la qualité d’objet du tableau, son échelle, sa dimension. » *

Nous enchaînons sur l’expo temporaire avec Calder et ses sculptures, mobiles, tableaux dont j’aime toujours autant les couleurs et le côté ludique. Il y a pléthore d’enfants venus avec leur institutrice. Ils chuchotent devant les dessins, pointent leur crayon, prennent des mesures, se questionnent… Le musée miniature me fascine. Toutes ces trouvailles avec un fil de fer ou un bouchon ! Déjeuner chez Michel Bras. Pétales de fleurs, senteurs subtiles et craquant d’une tartine façonnée comme une feuille de…  carton. (Au passage, merci encore à toutes les deux, Eva et Pascale !)

« Un mobile est un poème qui danse avec l’allégresse de la vie et de ses surprises. » Alexander Calder

Et puis dans les rues de Rodez, une petite expo « Objets cachés » dans une ancienne menuiserie, où nous souhaitions voir la Collection particulière de Philippe Guitton, mais en raison d’une répétition de théâtre, nous sommes contentées de quelques dessins, carnets et toiles…

Le 30 septembre
J’allume la radio. Un élu du Modem est l’invité d’Inter, on parle de la ratification du CETA et je réalise que cela m’est étranger absolument, aucun intérêt ce matin et depuis si longtemps pour cette politique lointaine qui finit toujours par saper un peu de vie quelque part.

Texte et photos : Marlen Sauvage

*Entretien avec Pierre Soulages par Charles Juliet, L’échoppe, 1990.