Le vent de mon âme, Pierre V.

Le vent me parle, hô souffle envoutant,
Il joue de mon cœur,
Avec ma douceur
Le vent me chuchote si doucement !
Le vent me parle, hô souffle envoutant.

Je suis chaviré ! Si grande émotion !
Ma sensibilité,
Mon intimité.
Pas à pas, je m’ouvre à l’invitation.
Je suis chaviré ! Si grande émotion !

Bien au-delà de tous les sens connus,
Grande ramure,
Proche nature,
Gouter avec aisance l’inconnu.
Bien au-delà de tous les sens connus.

Tout mon corps devient bulle d’énergie
Flash d’impalpable,
Gout d’incroyable !
Devenant algue, au flux de la vie !
Tout mon corps devient bulle d’énergie !

Familier, renouvelé, précieux,
Cœur, méditation,
Vue, révélations,
Me nourrir, m’exalter, voilà l’enjeu !
Familier, renouvelé, si précieux.

Ma vie a fréquenté l’invisible,
Je me suis ouvert,
Me suis découvert !
Et ma vie a capté l’inaudible.
Ma vie a fréquenté l’invisible.

Evoquer les perceptions distantes ?
Manière d’écouter,
Etre le sujet.
Invoquer cette secrète entente ?
Evoquer les perceptions distantes ?

Pierre Vermersch

Les murs de pierres sèches, Pierre V.

 

marlen-sauvage-muret

Incroyable patience des murs,
Lente permanence du soutien,
Exactitude du litage dur,
Résultats voués au maintien.

J’ai toujours aimé ces présences,
Discrètes, fortes, implacables,
Témoin des bâtisseurs qui dansent,
Modestes, soigneux, admirables.

J’ai quelquefois tâté du caillou
Les mains presqu’intelligentes,
Compromis n’arrivant pas au bout,
Superpositions souvent indigentes.

Choisir chacun des éléments,
Goûter le détail et voir le tout,
A chaque pose rester présent,
Sans urgence d’en voir le bout.

Le matériau qui est sur place,
Sa couleur, sa texture, son génie !
L’ambition, le transport, les audaces,
La grande histoire qui s’initie.

La muraille qui crée le chemin,
Le muret qui permet la vigne,
Le mur qui sépare du voisin,
Les pierres qui deviennent signes.

Voilà les traces de mon œuvre pugnace,
Vague incessante, mouvements de l’esprit,
J’espère vous la chanter avec grâce,
Pouvoir la partager maintenant et ici.

Toute création est pareille à un mur,
Composée pas à pas de façon insensible,
Elle demeure présente aux futurs,
Serait-elle même devenue invisible.

Pierre Vermersch

 

Ecrire en Cévennes, fin d’un stage…

Tout particulièrement pour Pierre, Liberta, Richard, Céline et Dominique…

marlen-sauvage-cielorage

Une semaine d’écriture riche en émotions avec des stagiaires d’une exceptionnelle présence. La semaine avait commencé sous la pluie et les écrits avaient pour cadre la Maison de Noé et ses extérieurs gris vert jaune teintés du rose d’un vieux rosier, entre deux averses !

marlen-sauvage-vieux-rosier

Très vite avec le vent chasseur, les nuages désertaient l’endroit et le soleil bien installé nous poussait en vallée de Gabriac, au pied du moulin du Rivet, entre ombre et chaleur, dans un pré gentiment prêté par Nathalie et Alexandre. En contrebas, le ruisseau…

marlen-sauvage-groupe-moulin

marlen-sauvage-moulin-Rivet

Le lendemain, c’est à la tour du Canourgue que nous allions chercher l’inspiration, une de ces tours à signaux nombreuses en Cévennes, restaurée depuis les années 1990 par le Parc national des Cévennes. Avec à nos pieds, le paysage de la Vallée Française.

TourGroupe

Petite virée en soirée sur la Cam, tout en haut de la vallée, où nous avons ensemble respiré le vent… et regardé bruire la bruyère ! J’avais écrit un texte pour François Bon sur cet endroit, un été d’ateliers…

marlen-sauvage-cam

Dernier jour, balade écriture autour de la maison, sur le sentier de la Royale, un chemin de schiste creusé à flanc de montagne par les dragons de Louis XIV au début du XVIIIe siècle.

marlen-sauvage-royale

Stage d’écriture du 10 au 16 juillet. La Maison de Noé.

Photos : Marlen Sauvage

 

Ecrire le temps : 12-13 octobre 2013

Le temps de l’écriture, le temps en écriture, le passage du temps, le temps à venir… C’est sur la notion de temps que j’animerai le stage du week-end des 12 et 13 octobre prochains. En se promenant dans le passé, le présent et le futur, nous écrirons autour de propositions en lien avec les lieux et leur atmosphère.

Selon le temps (la météo !), selon aussi le groupe et les dispositions de chacun/e, je prévois 2 balades écriture dans la vallée. Merci d’apporter de bonnes chaussures, un sac à dos (pour le repas de midi), un chapeau, un vêtement de pluie, un chandail pour les soirées fraîches…

Nos balades nous emmèneront sur les traces du temps en Cévennes, les vieilles pierres, les arbres, les églises/temples, les châteaux, les tours…

Stage du samedi 10 h au dimanche 16 h.

Date limite d’inscription : 6 octobre 2013.
Arrhes (50 €) par chèque libellé à l’ordre des Ateliers du déluge à adresser à Marlen Sauvage. La Maison de Noé. Temelac. 48110 Molezon

On peut arriver la veille de l’animation (nuitée offerte, repas du soir sur le mode de l’auberge espagnole, chacun apporte quelque chose que l’on met en commun).

Pique-nique le midi et repas du soir en commun. Chambre partagée (3 lits). Prix pension complète à la maison de Noé : 165 €/pers. Prix hors pension (déjeuner compris) : 105 €.