Avec Valère Novarina

Allemagne, Wetzlar, le diable sur un bout de papier et la clinique disparue ; Marburg, Georgstraße, une maison jaune une voix ; Algérie, Arzew, wilaya d’Oran, toits plats pieds nus sur le béton Chevillard les mauresques et dans les tasses tachées le thé à la menthe Mostaganem le Djebel Sicloun le ravin la menace ; France, Le Cateau-Cambrésis, Nord, chez NEN dans l’ancien Caïffa l’école 22, rue Auguste-Seydoux madame Cloche rue d’En-bas la rampe d’escalier dans les portes les doigts la cuisinière à bois ; Lambersart lait sucré boîte en fer à l’étiquette bleue Pinocchio Rue du Chemin noir Roxane dans sa robe à volants ; Margival rue du Son Milou qui tourne en rond les fraises et les lapins le chemin de l’école Rue du Pont rouge les fermes la paille sur la route Petit Pierre toujours montre ses fesses aux passants Rue de Soissons vol au-dessus d’une moto ; Portes-en-Valdaine Madame Tardieu  au coin d’une rue le cervelas pour étendre le linge ; Pierrelatte, cité du Rocher la piscine municipale Ursule sous la table pleure l’Elastique et le Caoutchouc la chorale et les chants russes ; Paray-le-Monial, le Ragabodot, le coq au vin près du coffre à bois le père Dargaud le téléphone en bakélite noire ; Valréas, route de Grillon le grenadier dans la cour le Tourville chemin de Piedvaurias Traverse du Petit Nice Rue des Ursulines Saint-Dominique le dortoir immense et les cœurs en béton armé les cours de danse la tour de l’Horloge à la charansole le rallye de l’école ; Saint-Paul-Trois-Châteaux, Zouzou la rue du Pialon ; Montségur-sur-Lauzon, la Gentone le chemin de Chabrol la chapelle Saint-Jean l’école l’instituteur fou les pognes à la courge Masbeuf les frères Reboul le château et la princesse morte les ossements des filles de Redon dans les ruines ; Valence la gare rue Denis Papin Institution de jeunes filles rue de la Cécile les errances dans le parc Saint-Victor aux magnolias avenue Victor-Hugo Nourredine et les baklawas…

Marlen Sauvage

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture permanent proposé par François Bon sur le tiers-livre. Vidéo explicative ici, sur la chaîne youtube de François Bon.

 

 

 

La paix et rien d’autre

marlen-sauvage-chaise

envelopper ton bois de soie
un coussin sur ton siège ah ! l’amertume des os
un autre dans le dos
ériger ma colonne à ta raideur
me tenir droite enfin
un oreiller léger dans le creux de la nuque
renverser ma caboche sur la fraîcheur du mur derrière
écouter la pierre
les pieds nus dans les feuillages
les yeux clos fredonner Hallelujah
ou murmurer un peu de Valère Novarina
la passion du langage, le drame ardent du verbe,
la combustion, le brûlement, la négation des mots,
le drame visible de la pensée

écrire exister être là en paix

Licence Creative Commons Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.