Jardin sauce vinaigrette

6 h 45, je file au jardin pour un semis de haricots nains. Le soleil sur les cabanes patine le bois brut d’une douceur dorée. Ici, c’est la campagne à la ville, on est un peu en dehors de la vie, malgré le garage en face des parcelles ; en dehors dès l’instant que l’on a les mains dans la terre. Je n’avais pas prévu de retourner une fois de plus le bout de jardin non semé, mais c’est une terre à cailloux et à glaise, il faut casser les mottes et désherber encore avant de tracer les sillons et y jeter les graines.

Un coup d’œil derrière moi pour saisir ces tournesols orangés et l’intrus au milieu !
Deux heures après mon arrivée, il est temps de plier bagage, le soleil chauffe déjà, les promeneurs arrivent sur la digue, les élagueurs élaguent, et je traîne la patte jusqu’à l’appart… Oublié le massage ayurvédique d’hier…

Un petit café réparateur en arrivant, devant le bouquet de zinnias et le miel tout frais sorti de la ruche, cadeaux reçus hier lors d’une visite à des amis paysans. Et je déguste pour la énième fois la Vinaigrette n°3 – revue moléculaire de photo/poésie – qu’édite Sandrine Cnudde, avec un texte de Bérengère Cournut, qui donne envie d’en lire davantage de cette femme qui entend chanter les falaises.

Texte et photos : Marlen Sauvage

Carnet de famille – Une histoire de sœurs

Dans la vidéo qui suit, les peintures sont de Stéphanie Heendrickxen et la voix qui les porte est celle de Julie Heendrickxen, sa jeune sœur… mes filles. A l’époque de cette voix, Julie avait 18 ou 19 ans, elle répétait pour un concert donné par l’association du Grenier de la Rémarde, à Saint-Arnoult-en-Yvelines. Didier Sauvage l’accompagne à la guitare. Le Grenier, c’est un peu une histoire de famille, nous étions tombés dedans à notre arrivée dans le village, pour y faire du théâtre, fin des années 80 ; finalement nous étions mieux dans la musique et le chant, et nous proposions des soirées « cabaret », sans prétention, pour le plaisir. Julie y a trouvé sa place quelques années plus tard. Souvent, les spectacles étaient dédiés à des résidents de maison de retraite, au bénéfice des Restos du Cœur, etc. Quant aux images de Stéphanie, bien qu’elle ait depuis une petite vingtaine d’années élaboré une œuvre singulière autour des animaux ou des humains et de leur part animale, elles disent quelque chose d’elle enfant, lorsqu’elle imitait les cris des animaux à l’âge de deux ans déjà, qu’elle était à l’affût de la moindre petite bête, et que spontanément elle allait vers toutes, petites et grosses, sans crainte. A six ans, comme elle dessinait très bien, il était clair pour moi qu’elle s’acheminerait vers une carrière liée au dessin, ce qu’elle fit à 17 ans, en intégrant l’école d’arts visuels d’Orléans, juste après son bac. Son dada, alors, c’était la gravure… Je pense que cette touche est encore visible dans ses travaux actuels. Tout ce que je retiens de ces images et de cette voix, c’est une belle humanité, une grande tendresse pour la vie. Avec les années (20 ans !), il me semble que cela éclate encore davantage aujourd’hui !

Vidéo : Didier Sauvage

MS

Lavandes

Pour toi, Olivier D. !

Je sais bien, titrer sur Lavandes et envoyer une photo de tournesols, c’est pas très logique, mais voilà, c’est la dernière image de mon petit tour dans la Drôme, du côté de Clansayes où je cherchais des lavandes tôt ce matin… Clansayes, le village où je me promenais enfant – Montségur est à deux pas – la marche alors ne s’embarrassait pas de maux de hanche ou de genou ! J’ai retrouvé avec le même bonheur les paysages du passé. Un beau chêne vert posé sur la pierre. Et blés, herbes folles et foins.

Texte et photos : Marlen Sauvage

Giulia

Photo : Marlen Sauvage

Giulia. Prononcer Djoulia. En France, tout le monde disait Julia, et elle avait fini par abandonner l’idée d’entendre prononcer son prénom correctement. A son arrivée à Paris, Giulia avait vingt ans, l’âge encore de toutes les espérances. Et le rêve de Giulia, c’était de tenir un café. Elle avait quitté son Italie natale, contrainte et forcée par sa mère, la Pia, qui n’avait aucune estime pour cette fille trapue, musclée, au visage fermé. La Pia avait ordonné à Giulia d’aller retrouver sa sœur aînée, Clara, à Paris, alors qu’elle venait d’accoucher de sa troisième fille. 

E mierda, encore une fille, pensait Giulia, quand elle avait appris la naissance. Instinctivement, elle préférait les garçons. Oh ! pas pour les “imbecillités”, non, pour ça, elle était plutôt du genre sainte nitouche. A vingt ans, le seul garçon qui l’avait jamais touchée s’appelait Domenico, et il était mort. Paix à son âme. Il avait déposé un baiser léger comme un battement d’ailes sur ses lèvres de gamine de quinze ans. Elle s’était essuyée dans son mouchoir immaculé arborant une mine de dégoût devant Domenico. Mais quand il lui avait tourné le dos, elle avait sorti le mouchoir, l’avait entrouvert et déposé un baiser à l’endroit où l’autre se cachait. Domenico avait dix-neuf ans, il venait de temps en temps à la ferme aider le frère de Giulia à chaque saison : il taillait les oliviers en hiver, la vigne à l’automne, aidait à la cueillette des abricots, des prunes, des pêches et vendangeait en août. Il déambulait sur sa moto Bugati, on l’entendait de loin et ce jour-là, ne trouvant pas Paolo, il avait entrepris de taquiner Giulia. Farouche, elle s’était soustraite à ses regards, mais il l’avait poursuivie dans les vignes, jusqu’à la rattraper. Elle tortillait son tablier dans ses doigts, soutenant son beau regard noir et c’est là qu’il avait brusquement avancé son cou, puis sa tête et sa bouche et recouvert ses lèvres d’un baiser furtif et léger. Comme lui. Il avait couru dans les vignes, enfourché sa moto et de loin, lui avait envoyé un autre baiser. En cette journée de mai 1948, Giulia se souvenait encore de Domenico. Depuis, aucun autre homme n’avait connu ses faveurs. Domenico était mort un jour de juin l’année suivant les vendanges de baisers, et Giulia avait versé autant de larmes que son corps en contenait, autant que toutes les sources d’un plateau battu par les pluies. Et puis un matin, tout s’était tari et Giulia gardait désormais les yeux secs en toute circonstance.

Ce 9 mai 1948, elle n’éprouvait aucune envie de pleurer. Elle était furieuse. Furieuse d’avoir quitté son beau village perché dans la montagne, entouré de vergers, de tuiles orange aux toits crevant l’air bleuté, pour aboutir dans cet enfer de voitures et d’immeubles. Sa mère lui avait affirmé que Clara habitait la campagne. Et bien pour la campagne, elle repasserait sa mère. Porco dio, ruminait-elle en jetant un œil à droite puis à gauche à la recherche de la stature de son beau-frère Claudio. Enfin, elle le vit, il cria de loin son prénom et elle eut honte, elle qui ne supportait pas de se faire remarquer, et lui parlait fort, avec les bras et les mains, tout en la rejoignant. Cramponnée derrière Claudio qui se faufilait en mobylette dans les rues de Paris, comprimant entre elle et lui sa petite valise en bois, elle eut tout le temps d’admirer les petits troquets avec leurs tables installées au soleil de mai. Trente kilomètres, lui avait dit Claudio, entre Paris et leur village. Elle pestait intérieurement contre sa mère qui avait anéanti son rêve d’enfant : reprendre le café des Locatelli à Lavis. Depuis qu’elle avait huit ans, elle y avait travaillé, ramassant les mégots, balayant, lavant les carreaux avant de rejoindre l’école. Elle était déjà méticuleuse, récurait dans les coins, mettait un point d’honneur à ce que tout brille. A l’âge de dix ans, elle s’était occupée des verres, à la demande de la patronne. Elle les essuyait minutieusement dans le torchon rêche, avant de les suspendre à l’envers dans les encoches de bois. Quand elle en avait terminé, elle admirait son travail, le nez en l’air, et Madame Locatelli la ramenait brutalement à la réalité. Il restait à laver par terre avant de filer à l’école. Elle avait tellement travaillé, pendant si longtemps, dix ans, qu’elle avait envisagé la suite des événements ainsi : les Locatelli vieilliraient, ils lui demanderaient un jour de tenir le café, elle leur laisserait leur logement et n’occuperait que la petite chambre à l’étage, sous les toits, elle leur remettrait le revenu du café et des extras, les petits repas qu’il fallait parfois confectionner pour les ouvriers le midi, et elle leur demanderait seulement de quoi se nourrir et s’habiller. Point final. Chaque mois, la mère Locatelli lui remettait une pièce pour ses services, elle la déposait dans une anfractuosité du muret le long du chemin du retour à la maison. De temps en temps, quand elle en avait le temps, elle tirait le petit sac de tissu qu’elle avait elle-même cousu dans deux vieux mouchoirs, et elle comptait son trésor. Un jour, il fallut enlever une pierre du mur pour cacher un deuxième sac de pièces. Elle puisait parfois dans son pécule pour s’acheter un magazine qu’elle planquait sous son matelas avant de le jeter dans le poêle. Puis sa mère l’avait surprise trifouillant dans sa cachette, elle avait subtilisé tout son argent et l’avait distribué le soir à table à ses frères pour qu’ils s’achètent du tabac. Giulia avait crié mais elle avait reçu une torgnole. A dix-huit ans, vous rendez-vous compte. Alors elle avait quitté la cuisine pour rejoindre la chambre qu’elle partageait avec deux autres sœurs et on ne l’avait plus revue aux repas. Sa mère se contrefichait qu’elle mange ou pas. Giulia mangeait les fruits du verger en été, les raisins de la vigne à l’automne, du pain qu’elle fauchait la nuit pendant que tout le monde dormait. Elle avait appris à dompter sa faim. A vingt ans, elle était mince comme un fil, et un peu plus agréable à regarder. Mais elle savait travailler, et de cela elle était fière au-delà de tout.

Quand sa sœur s’était mariée avec un gars du pays, elle l’avait enviée au début. Enfin une qui quittait la maison pour fonder son propre foyer. Mais quand Claudio avait parlé d’aller vivre en France ou en Belgique, Giulia avait décrété qu’elle n’épouserait personne s’il fallait ensuite dépendre de son mari comme elle de ses parents. Non merci.

(à suivre, peut-être)

Marlen Sauvage

Un murmure d’oasis, de Mireille Rouvière

On aime entendre le bip de notre mobile, il nous annonce une nouvelle. On se pose alors la question serait-ce une bonne ou une mauvaise. Vite on veut savoir et on se précipite sur le mot de passe et on ouvre l’écran qui va nous informer. Ce bip qui résonne à nos oreilles, les jours où aucun message n’arrive, les jours où il reste muet. Ces jours-là on s’inquiète pour ses proches, on s’inquiète des non-retour de demandes, on lève le rabat et on regarde si un message apparaît. Puis il y a les jours où on sature de ce bip, il y en a sur WathsApp, sur toutes sortes de messageries. Ces jours où on n’a pas le temps de les lire seulement. Ces jours où on voudrait qu’il y en ait moins. Ces jours ou on regrette de ne pas prendre le temps de les découvrir et de se délecter d’une photo, d’une vidéo ou d’un petit message écrit. Ces jours où le remords nous tord les tripes de laisser de côté une petite réponse pour dire que l’on a apprécié que l’autre pense à nous. Il y a ces bips qui s’accumulent et dont on n’a pas le courage de prendre connaissance. Pourtant il faut vérifier si rien de grave n’est arrivé autour de nous, mais non ce sont les confinées qui envoient déjà leur textes, on ne les lira que le lendemain car il faut prendre le temps d’apprécier de belles lectures qui vont nous distraite par ces temps de confinement.

*********************

J’ai fait du rangement et il est réapparu, je l’ai posé bien en vue sur ma table. C’était l’attrait de la couverture qui m’avait poussé à l’acheter. Je devais être enceinte. L’image d’un beau et appétissant tajine, un livre de recettes, un murmure d’oasis. Sur la couverture, d’un vert d’herbes tendres printanières, était posé un plat contenu et contenant de couleurs chaudes qui vous donnaient l’eau à la bouche. Tajine c’est un repas que l’on partage à plusieurs, c’est un repas aux convives bruyants, qui mangent à même le plat. Ce sont des palabres en continu. Mais avant cela un tajine ce sont des femmes attelées à le préparer ensemble dans la bonne humeur, l’une pour découper et frire la viande dans des oignons finement hachés et légèrement colorés, l’autre pour trier et éplucher les légumes colorés, une autre pour s’occuper des agrumes peut-être des citrons confits ou des fruits. Tout cela dans des fous rires et dans l’expectative du partage de ce tajine. L’une dira d’ajouter des épices, l’autre trouvera que ce n’est pas assez salé, du cumin sera prévu dans une coupelle pour rajouter si nécessaire. Puis on mettra le plat au four, la cuisson en est longue. Elles partageront un thé à la menthe en se racontant les potins du coin et tous les tajines déjà partagés. Un tajine c’est un pays chaud, convivial et gai, des souks bruyants, colorés et parfumés. Des badauds par grappes devant un étal de pâtisseries, les couleurs des babouches en peau de chèvre, les artisans de masques taillés dans la racine d’un thuya. Avec les années j’avais oublié la douceur de vivre, le soleil qui illumine les journées, la sieste bien méritée que l’on pratique dans ma Provence natale. Les couleurs chatoyantes des robes sur des épaules dénudées, des peaux bronzées. Pourtant Tajine ce n’est pas un plat provençal…

Mireille Rouvière

Ces deux textes ont été écrits en réponse à deux propositions d’écriture que j’avais données durant le confinement. Je suis en retard dans la publication… J’ai oublié quelles propositions et c’est bien comme ça. Ce sont des textes qui se suffisent à eux-mêmes. J’aime la spontanéité de ces écrits d’atelier, et celle de Mireille en particulier ! Marlen Sauvage

Les paysages de Monika

La journée est longue comme celle d’hier comme celle de demain les journées s’étirent se ressemblent le temps est élastique les heures s’éternisent pendant des heures et s’accélèrent parfois sans raison, bientôt, déjà, et les heures se ressemblent, il faut les remplir cuisine lecture écriture mails téléphone mots croisés puzzle, et cela aussi finit par se ressembler, trouver autre chose, repos mais ça fatigue, sortir mais pas trop loin dans le jardin sous le soleil de printemps il rayonne ce soleil précoce il réveille la nature, peindre, tu peux peindre devant toi le paysage est magnifique les couleurs se réveillent 50 nuances de vert dans la vallée des ombres noires et violettes sur les pentes du mauve rosé dans le ciel bleu des harmonies des symphonies, de l’aquarelle peut-être, tu aimes les fondus des couleurs mais pour l’aquarelle pour ce fondu tendre des couleurs il faut de la sérénité et tu n’en as pas, la tension monte insatisfaction énervement dans ces heures qui s’étirent, il faut de la force des taches de la couleur pour réveiller l’énergie, alors de l’huile mais tu n’as pas trop l’expérience c’est pas le moment, alors du pastel, du pastel aux teintes vives sur un papier bleu comme le ciel bleu comme la mer, et tu regardes ton paysage et tu cherches des détails, et puis l’impression d’ensemble pour les taches des taches de couleur, et tu choisis le bâton de craie tendre, tu étales tu frottes tu estompes avec le doigt avec le chiffon tu gommes, sur le vert pour les arbres tu ajoutes des reflets du jaune du rouge du bleu pour les toits des maisons pour le pont qui enjambe la rivière, l’eau devient bleu outremer puis plus clair avec une touche de blanc et ton dessin prend du relief et les tulipes tout près éclatent en beauté, et le rouge réveille ton courage et le jaune te donne de la joie et le bleu profond t’apaise et la journée ralentit s’éternise dans une plénitude bienvenue tes couleurs se posent s’organisent explosent sous tes doigts et la journée n’est plus perdue tu es contente tu as créé un autre paysage qui te ressemble plus qui exprime mieux ce que tu peux ressentir révolte fatigue épuisement résignation acceptation rien d’autre à faire en attendant que ça aille mieux que ça change ça ne dépend pas de toi ou juste un petit peu et en fin de compte tu n’es pas si mal tu t’accommodes, juste un peu bizarre il n’y a personne sur ton tableau personne sur ton paysage personne dans les environs tu ne pensais pas que ça te manquerait autant ?

Monika Espinasse

Le Tarn en furie, Claudine Albouy

Photo : DR – 48 Info du 12 juin

La France est déconfinée en ce début juin 2020. Après un mois de mai estival qui nous a dorlotés, le Tarn a enfin repris ses jolies couleurs transparentes avec un niveau d’eau même acceptable pour les premiers baigneurs, les algues ont enfin pris la poudre d’escampette, tout semblait rentrer dans l’ordre… Mais des nuages aux formes fantastiques, aux couleurs anthracite bourlinguent de plus en plus souvent, accompagnés de quelques ondées bénéfiques…Les maraîchers et jardiniers se réjouissent  pour ce cadeau…Mais le ciel se charge de plus en plus souvent, nous aurions dû nous méfier de ces cadeaux gratuits pendant tout le confinement ensoleillé, débordé de couleurs, de chaleur… Donner pour mieux reprendre! La semaine précédente, un violent orage avec des chutes de grêle très localisées avait déclenché une série de mini catastrophes dans certains hameaux. En une demi-heure, la montagne avait craché une multitude de ruisseaux boueux chargés de pierres qui dévalèrent avec rapidité les rues de Fayet. Bataille immédiate : armés de pelles, balais nous avons lutté pour repousser l’eau et des tonnes de pierres arrivées avec sans-gêne direct des sentiers noirs de la montagne ! Arrachant tout sur son passage, bougeant les coupadous et creusant des profondes crevasses dans le chemin des châtaigniers…Nous venions juste de colmater les dégâts. En face, le hameau de la Rochette n’avait pas trop souffert, les serres étaient sorties vaillamment indemnes, quelques bâches envolées mais les plants étaient prêts à se vendre. Ce jeudi 11 juin, tous les médias avaient brandi le spectre de l’arrivée d’un épisode cévenol, il y a les prudents qui croient aux loups et ceux qui font confiance à Dame nature… Toute cette fin de journée le ciel était devenu de plomb, menaçant, noir, laissant échapper des roulements de tonnerre de plus en plus continus. Une colère sourde s’était installée discrètement en début de soirée pour éclater très fort au fil des heures, la pluie battait avec furie, les éclairs zébraient le ciel, on sentait la fureur monter de plus en plus, le tonnerre hurlait sans répit. Dans bien des chaumières, la trouille avait dû s’enraciner… Nous dormions dans la véranda donc aux premières loges pour une observation ! Nous avions fini par nous endormir, incroyable ! Et puis à trois heures du matin il y a eu un coup terrible, la maison s’est mise à trembler avec une drôle de vibration dans le sol, l’esprit s’emballe, un tremblement de terre ou un gros rocher qui s’est détaché des falaises au-dessus ? Non, pas d’inquiétude nous sommes tout de même loin et puis il y a  entre nous la forêt de châtaigniers pour stopper l’impertinent !!! Les milles pensées galopent à 100 kilomètres à l’heure. Dominique dort tranquille ou pas mais il dort. Impossible de me rendormir ! La trouille commence à rôder… Je me lève, mince ! plus d’électricité, mince ! il faut sortir : le disjoncteur est à l’extérieur en bas dans le bureau de Dominique. J’enfile le ciré, il pleut très fort toujours avec des éclairs et du tonnerre, j’ouvre la porte, la mimine en profite pour s’engouffrer et ne pas dire bonjour ! Je comprends tout de suite au bruit que fait la rivière qu’une très grosse crue s’amorce… Le faisceau de ma frontale danse à droite à gauche pour une surveillance ultime. Pour faire cinq mètres, je suis déjà trempée… Ouf le disjoncteur est en vue, le bureau de Dominique rangé, donc mon doigt vengeur rétablit le courant sans me prendre les pieds dans une pile de bouquins ! Je me recouche en devinant que la journée va être dure, une heure de sommeil pas plus car l’inquiétude m’éperonne et le bruit de la rivière semble envahir la maison. A six heures du matin, message de Camille la situation est dantesque. A la Salle-Prunet, la Mimente a une crue jamais vue, un petit car, une voiture et plein d’autres choses viennent de partir et l’eau continue de monter. « Vite la grand-mère, la centenaire, nous dit-il, cela craint ! » Il faut se rendre en face à la Rochette sous une pluie battante, pas le temps de prendre un café, une seule chose : sauter dans son pantalon et vite partir. C’est chose faite, en arrivant sur notre pont on comprend vite : le Tarn marron est en folie, des troncs d’arbres et toutes sortes de choses passent à toute vitesse, une vague gigantesque se fait sur le pilier… A la Rochette, toutes les voitures, enfin presque toutes, sont déjà remontées sur la hauteur vers l’aire naturelle de camping. Nous avançons tout de même en voiture pour nous rendre compte : c’est l’apocalypse !  La route est déjà coupée au niveau de la piscine, le Tarn s’étale maintenant sur toute la plaine, la cabane des chevaux est arrachée, emportée, on entend le craquement des arbres, de vrais cris, des gémissements, impossible de lutter contre cette force phénoménale, pourtant il y a Maxime et Sandy qui essaient de faire revenir les trois « ânes laboureurs » des maraîchers. Il faut les sauver mais les bêtes refusent de bouger, elles doivent être tétanisées par la peur mais à tout moment elles peuvent se prendre un arbre, il y en a d’énormes qui passent à grande vitesse et maintenant avec la largeur du Tarn elles vont bientôt être au milieu… Bon, laissons les ânes, la maréchaussée est au courant, pensons à la grand -mère. Je vois une planche qui fait comme une petite passerelle entre le bitume et la prairie devant chez Raymonde, je pose le pied dessus et hop la planche se met à la verticale, je m’enfonce dans le fossé en dessous ! Me voilà avant que le sauvetage commence trempée jusqu’à la culotte ! Chez Raymonde, pas de panique mais elle est encore couchée, l’aide de nuit se réveille, je l’appelais en vain au téléphone depuis une heure et là tout s’accélère, il faut faire vite. Le lève-personne, le fauteuil roulant, couper l’électricité, tout mettre en hauteur au cas où… car l’eau continue de monter vite, inexorablement…Muriel fait déjeuner Raymonde, lui fait prendre ses médicaments. Nous, nous sortons sur la terrasse pour nous aider à prendre la décision d’extirper ou pas la centenaire, l’hôpital est d’accord pour la mettre en sécurité le temps que tout rentre dans l’ordre mais l’eau risque-t-elle vraiment de rentrer dans la maison ? De mémoire d’habitants cela n’est jamais arrivé mais les temps changent ! Alors que nous réfléchissons encore, devant nos yeux effarés, on voit passer un grand camping-car malmené à gauche à droite et d’un seul coup on voit ses lumières allumées !!! Oh pauvre ! je mélange mes touches pour prévenir les pompiers peut-être y a-t-il du monde dedans. Là, dans mes mains c’est la bloblote qui refait surface vingt ans en arrière quand les quatre jeunes d’ici sont tombés en voiture lors d’une crue et ont été engloutis, un drame monstrueux. Ce n’est pas le moment de ressasser, les ânes ne sont toujours pas sauvés et le Tarn monte toujours, il est maintenant à cinq mètres de la maison, engagé sur le parking. Dominique part chercher la voiture pour passer par l’étroite ruelle du haut du hameau. Vite, des affaires dans une valise, ne rien oublier d’important pour les oreilles, les yeux, les pieds ; habits pour la nuit, le jour, la carte vitale, la carte d’identité, la radio, les mouchoirs et vite vite refaire un coup de lève-personne pour mettre la mamie dans un fauteuil plus léger au cas où il faudrait se taper sous la pluie la côte très raide de la ruelle ! La voiture est là devant la porte. Ouf ! Il a pu passer, Raymonde ne veut pas partir : elle ne se rend pas compte comme d’habitude de la situation !!  « Tu ne sais pas nager » et elle nous répond « j’apprendrai ! » Il vaudrait mieux qu’elle s’entraîne avec le masque et le tuba ! Le treuil est en action, les rampes de moto installées et hop la grand-mère est dans la voiture, sanglée, direction l’hôpital où nous l’expédions rapidement car les consignes draconiennes du Covid nous empêchent de rentrer et l’installer. Pas de visite avant le dimanche. Dur dur pour elle… Quand je reviens à la Rochette les ânes sont sortis et mis à l’abri, je préviens les pompiers qui ont autre chose à faire que de s’occuper des bêtes. Partout, c’est la désolation. Les joyeux drilles du hameau ne rigolent plus, ils essaient de sauver du matériel, le quad, la remorque, déjà deux voitures flottent mais l’eau est la plus forte c’est elle qui gagne et nos larrons reviennent vaincus. Le Tarn va tout envahir et grignoter mètre après mètre l’espace sans trêve : jardins, cultures, piscine, parking, caves, garages, terrasses, outils de travail, mais aucune victime n’est à déplorer. La décrue le samedi laisse la Rochette exsangue, ravagée, dévastée. Certains pleurent, d’autres font péter les bières, le temps de se poser, s’organiser dans la solidarité et de retrousser tous les manches… Le jardin de Jeanne est recouvert dans sa totalité de plus d’un mètre de haut de bois flottés, plus loin dans un enchevêtrement inextricable d’arbres de plus d’un mètre de diamètre, des tuyaux d’arrosage d’irrigation, table de pique-nique venue d’ailleurs, des ferrailles de tout genre sont imbriquées, des amas énormes parsèment le paysage. L’Eden du confinement est triste à pleurer : certains le font, d’autres préfèrent s’acharner, nettoyer, récupérer, il va falloir de l’énergie et de la solidarité en continu pour reconstruire ce petit paradis… Le samedi, plusieurs parlent de partir. Espérons qu’une petite dose d’amnésie pourra s’infiltrer pour aider à la cicatrisation des blessures. L’eau est montée jusqu’à la quatrième marche de l’escalier, il y en a six, l’appartement de Raymonde a été préservé, nous aurions pu lui épargner cette chevauchée fantastique mais comme les voyages forment la jeunesse, tous les espoirs sont permis ! La décrue n’est pas encore terminée, la solidarité et l’entraide ont été au rendez-vous et le soleil réchauffe tout de même un peu  les cœurs…

Mardi 16 juin 2020

Claudine Albouy

Merci, Claudine, pour ce reportage en différé. MS

Comme un poisson dans l’eau, Monique F.

Photo : Monique Fraissinet

Douleur, insupportable, rageant, à droite, épaule, meurtrie, brûlante, douleur, hématome, rougeur, lancinante,  agaçante, trop long, renoncement, nerfs en ébullition, en pelote, attente, éternité, nuits sans sommeil, douleur, matin, midi, soir, nuit, insupportable, demain, attendre, douleur, encore, encore, impatience, cerveau, agacé, tension, déplaisance, plus encore, irascible, douleur, électrique, immobilité, déception, difficultés, impatience.

Comme un poisson dans l’eau

 Murs capitonnés, lits vissés au sol, inamovibles.  Cris de hyène, stridents, insupportables, ça déambule,  ça piaille de tous les côtés.

– Tu t’es vu toi ? Regardes-toi, arrête, c’est quoi cette façon sotte et grenue de t’aplatir au sol ? Pff, ça te sert à quoi, à faire mal à ta tête d’œuf ? Tu t’es enturbanné de blanc, tête d’œuf je te dis, tu as une tête d’œuf.

– Tais-toi, le mal je l’arrête, que diable ! Ma tête d’œuf, le mal, il passe pas, il passe pas la coquille, elle se cassera même pas ma tête. Bien réfléchi, je vais me jeter à la mer, je noierai le mal, je l’ancrerai au fond, la poiscaille viendra le chercher, qu’il y reste au fond ce sale mal. Imagine des poissons avec le mal de tête, ils tourneraient, vireraient, ils pourraient même pas se tenir la tête avec les mains pour se calmer, Lui là-haut ne leur a pas fait des mains, c’est malin. Pas de mains, pas de bras, pas de jambes, pas de pieds, c’est pour ça qu’Il les a mis dans la flotte. 

Même pour baiser, ils n’ont pas besoin de rien, ils se z’yeutent un peu, font des ronds dans l’eau, tu me plais, je te plais, et vlan, juste l’air de rien et ça y est ! L’affaire est faite.

L’orage ils s’en moquent de l’orage, moi pas, ça me fiche un de ces mal de tête. 

– Arrête !  sors pas sur le balcon, plonge pas, y’a pas d’eau, tu vas te s’cratcher ! 

– M’en fiche s’ya pas d’eau ! 

Fada, il est fada ! 

– Fichtre, il a tout sali son turban blanc, même qu’il en devient rouge. Eh ! Oh ! réponds, tu causes plus, t’es comme les poissons, ça te sert quoi maintenant d’avoir des bras, des jambes, des pieds, t’es pas plus avancé, t’as tout cassé. 

Toi, avec ta panoplie blanche de cosmonaute, t’approches pas de lui,  enlèves ce masque de martien. Tu vois pas qu’il faut pas le réveiller, il dort, il est comme un poisson dans l’eau.

Monique Fraissinet

Ma proposition d’écriture 
A la façon de Tarkos, dans son texte 
Le contre-jour, dresser une liste de votre environnement mental ici et maintenant, en un bloc de texte, où seuls se succèderont des mots séparés par des virgules. Puis dans un deuxième temps et un deuxième texte, écrire en vous inspirant de cette citation de Virginia Woolf : « Ecrivez. Soyez niais, soyez sentimental, lâchez la bride à toute impulsion, faites toutes les fautes de style, de grammaire, de goût et de syntaxe, débordez, culbutez, dans n’importe quelle prose ou poésie. Ainsi vous apprendrez à écrire. » Marlen Sauvage

Une escapade au Ventoux

Photo : Pierre Gernez

Une balade de quelques heures jusqu’au Ventoux, en voiture, par temps mitigé et grand vent, au sommet tout au moins. Partis de Bédoin, nous n’avons pu redescendre le Grand Géant sur son autre versant jusqu’à Malaucène, la route étant coupée. Tu prenais les photos, Pierre, et nous parlions peu ; la nature s’accommode si bien du silence…

Photo : Pierre Gernez
Photo : Pierre Gernez

MS