Ne pas marcher, écrire

« A peine suis-je rejetée sur la rive, le soleil n’est pas encore visible, trempée, les yeux encore fermés à ce monde, le regard attaché comme des doigts à ma patrie qui s’en va, d’un stylo aveugle et maladroit je note à grands mots tremblants : je ne sais pas encore marcher dans ce monde, et je vais d’un pas qui chancelle. »

Hélène Cixous, Jours de l’an, « La nuit, ma vie étrangère », ed. Des femmes, 1990.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s